Sont représentés au sein de l’équipe de direction les entités suivantes : principales agences du gouvernement du Canada (Santé Canada, ASPC, Instituts de recherche en santé du Canada [IRSC], Association canadienne de normalisation [CSA]); ministère de la Santé de plusieurs provinces; et experts de partout au Canada en surveillance sérologique, en immunologie, en virologie, en maladies infectieuses, en santé publique et en médecine.

Mandat

  1. Élaborer et mettre en œuvre la stratégie scientifique du Groupe de travail.
    1. Établir rapidement les normes d’évaluation des tests sérologiques par l’entremise de l’ASPC et du LNM en vue de faire approuver par Santé Canada les tests conformes.
    2. S’entendre sur la priorité des questions à étudier et sur le moment de leur déploiement.
    3. Désigner les centres du Canada qui seront appelés à se pencher sur ces questions.
    4. Approuver les appels d’offre et choisir, au terme d’un examen scientifique rigoureux, le soumissionnaire dont la proposition est la plus pertinente.
    5. Superviser la mise en place des études sérologiques et recommander les mesures à prendre en cas de goulot d’étranglement.
    6. Déterminer les explorations supplémentaires à entreprendre pour consolider l’assise scientifique du Groupe de travail.
  2. Discuter des résultats des études en vue d’en faire une synthèse cohérente qui sera relayée rapidement aux instances décisionnelles.
  3. Superviser le secrétariat et les autres organes de mise en œuvre du Groupe de travail.

Membres

Coprésidents et directeur administratif

Photo of Catherine Hankins

Catherine Hankins

Professeure en santé publique et en santé des populations, Faculté de médecine, Université McGill

Biographie complète

Catherine Hankins est professeure en santé publique et en santé des populations à l’Université McGill. Spécialiste en médecine communautaire, elle est titulaire d’un diplôme de médecine (Université de Calgary), d’une maîtrise (Université de Londres, en Angleterre) et d’un doctorat (Université d’Amsterdam). Elle s’est jointe à l’ONU en 2002, après une carrière active en recherche au Canada, où elle a également présidé des comités d’évaluation par les pairs et de politiques portant sur la réponse au VIH. Conseillère scientifique en chef de l’ONUSIDA à Genève pendant 10 ans, elle a dirigé l’équipe chargée de l’application des connaissances scientifiques, qui veillait aux aspects éthiques et participatifs des essais sur la prévention du VIH, mettait sur pied des équipes de modélisation mathématique et favorisait la mise en œuvre nationale de mesures biomédicales ayant fait leurs preuves dans la prévention du VIH. En 2016, elle a dirigé l’élaboration des lignes directrices de l’ONU sur les bonnes pratiques de participation pour les essais portant sur les pathogènes émergents. À l’heure actuelle, elle préside le comité scientifique consultatif du partenariat Europe-Pays en développement pour les essais cliniques (EDCTP), ainsi que le HIV Prevention Trials Network Scientific Advisory Group des National Institutes of Health. Professeure honoraire à l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres, en Angleterre, et directrice adjointe des sciences à l’Institut de santé mondiale et de développement d’Amsterdam, la Dre Hankins s’intéresse vivement au développement des capacités scientifiques et à l’amélioration de la place des femmes en santé mondiale et en sciences. Elle est présidente scientifique de la conférence INTEREST, une conférence africaine annuelle axée sur la recherche sur le VIH dans les milieux aux ressources limitées, et coprésidente de l’atelier INTERACT des pays d’Europe orientale et d’Asie centrale. Catherine Hankins a été nommée membre de l’Ordre du Canada en 2013.

Photo of David Naylor

David Naylor

Professeur de médecine et président émérite, Université de Toronto

Biographie complète

David Naylor est professeur de médecine à l’Université de Toronto, où il a également été président (2005-2013) et doyen (1999-2005) de médecine. Auparavant, il a été directeur fondateur du programme d’épidémiologie clinique du Centre des sciences de la santé Sunnybrook de Toronto (1990-1996), et directeur fondateur de l’Institut de recherche en services de santé (ICES) [1991-1998]. Auteur de plus de 300 articles universitaires sur l’épidémiologie, les biostatistiques, l’histoire sociale, les politiques publiques, l’éducation médicale, l’économie de la santé et la recherche sur les services cliniques et de santé dans la plupart des domaines médicaux, le Dr Naylor a exécuté deux mandats en tant que tout premier gouverneur des IRSC (2000-2004). Au cours de sa carrière dans la fonction publique, il a présidé trois groupes nationaux : le premier était chargé d’étudier la santé publique après l’éclosion de SRAS en 2003, le deuxième, les innovations en santé (2014-2015), et le troisième, le soutien fédéral aux sciences et à la recherche extramurales (2016-2017). David Naylor a été nommé Officier de l’Ordre du Canada, membre de la Société royale du Canada et de l’Académie canadienne des sciences de la santé, et membre international de la US National Academy of Medicine.

Photo of Timothy Evans

Timothy Evans

Professor et directeur, École de santé des populations et de santé mondiale, Université McGill

Biographie complète

Timothy Evans s’est joint à l’Université McGill en septembre 2019 à titre de premier directeur et vice-doyen de l’École de santé des populations et de santé mondiale (ÉSPSM) de la Faculté de médecine et en tant que vice-principal adjoint (Politiques et innovation mondiales). Il a fait son entrée à McGill après six ans en tant que directeur principal, Pratiques mondiales Santé, nutrition et population du Groupe de la Banque mondiale. De 2010 à 2013, M. Evans a été doyen de l’École de santé publique James P. Grant et conseiller principal au programme de santé à l’Université BRAC à Dhaka (Bangladesh). De 2003 à 2010, il a été sous-directeur général à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Auparavant, il avait occupé le poste de directeur chargé de l’équité en santé à la fondation Rockefeller. Plus tôt dans sa carrière, il a pratiqué la médecine interne au Brigham & Women’s Hospital à Boston et a été professeur adjoint d’économie internationale en santé à l’École de santé publique de l’Université Harvard. Depuis plus de 20 ans, M. Evans participe concrètement à l’avancement de l’équité en santé et au renforcement des systèmes de santé. À l’OMS, il a dirigé la Commission des déterminants sociaux de la santé et supervisé la production du Rapport sur la santé dans le monde, publié chaque année. Il est à l’origine de nombreux partenariats, notamment l’Alliance du vaccin (GAVI), de mesures visant à augmenter l’accès aux traitements contre le VIH pour les mères et d’approches novatrices à la formation de sages-femmes en milieu communautaire au Bangladesh. Il a fait ses études de médecine à l’Université McMaster (Canada) et a été chercheur et résident en médecine interne au Brigham & Women’s Hospital. Il a reçu une bourse Rhodes pour réaliser un doctorat en économie agricole à l’Université d’Oxford.

Membres d’office

Photo of Theresa Tam

Theresa Tam

Administratrice en chef de la santé publique et chef de l’Agence de la santé publique du Canada

Biographie complète

La Dre Theresa Tam a été nommée administratrice en chef de la santé publique du Canada le 26 juin 2017. Elle est médecin et possède une expérience en matière d’immunisation, de maladies infectieuses, de préparation aux situations d’urgence et d’initiatives de sécurité sanitaire mondiale.

La Dre Tam a obtenu son diplôme en médecine à l’Université de Nottingham, au Royaume-Uni. Elle a fait sa résidence en pédiatrie à l’Université de l’Alberta et a obtenu une bourse de recherche scientifique en maladies infectieuses pédiatriques à l’Université de la Colombie-Britannique. Elle est Associée du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et est l’auteure de plus de 55 publications sur la santé publique dans des revues évaluées par les pairs. Elle est également diplômée du Programme canadien d’épidémiologie de terrain.

La Dre Tam a occupé plusieurs postes de direction à l’Agence de la santé publique du Canada, dont celui d’administratrice en chef adjointe de la santé publique et celui de sous‑ministre adjointe responsable de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses. Au cours des 20 ans qu’elle a passés dans la santé publique, elle a fourni une expertise technique et assuré le leadership de nouvelles initiatives visant à améliorer la surveillance des maladies transmissibles, à renforcer les programmes d’immunisation et à consolider la gestion des interventions d’urgence en santé ainsi que la biosécurité et la biosûreté des laboratoires. Elle a joué un rôle de chef de file dans la réponse du Canada à des urgences de santé publique, dont le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), la pandémie d’influenza H1N1 et la maladie à virus Ebola.

La Dre Tam a agi à titre d’experte internationale au sein de plusieurs comités de l’Organisation mondiale de la Santé et a participé à de multiples missions internationales liées à la lutte contre le SRAS, la pandémie d’influenza et la poliomyélite.

Photo of Mona Nemer

Mona Nemer

Conseillère scientifique en chef du premier ministre du Canada, de la ministre des Sciences et du Cabinet

Biographie complète

Mona Nemer est la conseillère scientifique en chef du Canada. Elle a pour mandat de donner des conseils scientifiques au premier ministre et à son Cabinet. Chercheuse de renommée mondiale dans le domaine cardiovasculaire et éminente chef de file universitaire, Mme Nemer est l’auteure d’importantes contributions dans plusieurs domaines, dont la régulation des gènes et la cardiologie moléculaire. Elle est professeure au département de biochimie, d’immunologie et de microbiologie de l’Université d’Ottawa, où elle a été vice-présidente de la recherche pendant 11 ans. Auparavant, elle a enseigné en pharmacologie à l’Université de Montréal, dirigé l’unité de recherche sur le développement cardiaque de l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) et a été titulaire de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur la différenciation des cellules cardiovasculaires. Cette détentrice d’un doctorat en chimie de l’Université McGill a fait une formation en biologie moléculaire à l’IRCM et à l’Université Columbia. Mona Nemer est membre de la Société royale du Canada, de l’American Association for the Advancement of Science et de l’Ordre du Canada, ainsi que membre étrangère de l’American Academy of Arts and Sciences. Elle est également chevalière de l’Ordre national du Québec et chevalière de l’Ordre national du Mérite de la République française.

Photo of Stephen Lucas

Stephen Lucas

Sous-ministre de Santé Canada

Membres du groupe de direction

Photo of Carrie Bourassa

Carrie Bourassa

Directrice scientifique de l’Institut de la santé des Autochtones (ISA)
Professeure, département des sciences de la santé communautaire et de l’épidémiologie, Collège de médecine, Université de la Saskatchewan, Saskatoon

Biographie complète

Carrie Bourassa est directrice scientifique de l’Institut de la santé des Autochtones (ISA) des IRSC. À ce titre, elle dirige l’avancement d’un programme national de recherche en santé pour améliorer et promouvoir la santé des Premières Nations, des Inuits et des Métis du Canada. L’ISA est situé à l’Université de la Saskatchewan, à Saskatoon, où elle est professeure titulaire au département des sciences de la santé communautaire et de l’épidémiologie du Collège de médecine.

Pendant plus de 15 ans, Carrie Bourassa a été professeure en santé autochtone au département de la santé, de l’éducation et du travail social autochtones de l’Université des Premières Nations du Canada, à Regina.

Elle est membre du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en art et en science de la Société royale du Canada, membre publique du Conseil du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et membre du conseil d’administration du Conseil sur la qualité des soins de santé de la Saskatchewan. En 2019, elle a également été nommée membre du conseil consultatif sur la recherche mondiale du Health Research Council de Nouvelle-Zélande. Elle coanime le forum sur la recherche autochtone de CanCOVID et fait partie de l’initiative COVID19 Evidence Support Think Tank de la Saskatchewan, qui favorise la réponse rapide aux besoins en santé autochtone.

Carrie Bourassa est métisse et fait partie du Conseil métis Riel de Régina (RMCR, section locale no 34).

Photo of VIvek Goel

Vivek Goel

Vice-président, recherche et innovation, et initiatives stratégiques
Professeur, École de santé publique Dalla Lana, Université de Toronto

Biographie complète

Le professeur Vivek Goel est vice-président de la recherche et de l’innovation ainsi que des initiatives stratégiques à l’Université de Toronto, et professeur à l’Institut des politiques, de la gestion et de l’évaluation de la santé de l’École de santé publique Dalla Lana. Ce diplômé de médecine de l’Université McGill a effectué une formation postdoctorale en médecine communautaire à l’Université de Toronto. Il détient deux maîtrises : une en santé communautaire de l’Université de Toronto et une en biostatistique de l’École de santé publique de l’Université Harvard. Le Dr Goel est l’un des scientifiques fondateurs de l’Institut de recherche en services de santé (ICES), où il occupe aujourd’hui le poste de scientifique auxiliaire principal. Il a été vice-principal de la Faculté, puis vice-président et principal de l’Université de 2004 à 2008. Par la suite, de 2008 à 2014, il a agi à titre de président fondateur et chef de la direction de Santé publique Ontario, créant avec brio une organisation universitaire de services de santé publique qui a fourni des conseils scientifiques et techniques aux praticiens de première ligne ainsi que du leadership dans la réponse à la grippe H1N1. Avant de se joindre à l’Université, il était stratège universitaire en chef pour Coursera, une plateforme mondiale faisant le pont entre des universités et des apprenants au moyen de cours en ligne.

Photo of Scott Halperin

Scott Halperin

Professeur de pédiatrie, de microbiologie et d’immunologie, Université Dalhousie

Biographie complète

Le Dr Scott Halperin est professeur de pédiatrie, de microbiologie et d’immunologie à l’Université Dalhousie de Halifax, en Nouvelle-Écosse. En tant que directeur du Centre canadien de vaccinologie, chercheur principal désigné du Réseau de recherche canadien sur l’immunisation (CIRN) et de son prédécesseur, le Réseau de recherche sur l’influenza de l’Agence de la santé publique du Canada et des Instituts de recherche en santé du Canada (PCIRN), cochercheur principal pour le programme canadien de surveillance active de l’immunisation (IMPACT) et membre du comité de direction de l’Association canadienne pour la recherche, l’évaluation et l’éducation en immunisation (CAIRE), le Dr Halperin a joué un rôle fondamental dans la création de réseaux canadiens de recherche collaborative étudiant les vaccins pour guider la pratique et l’élaboration de politiques en santé publique. Il a également siégé à des comités provinciaux, nationaux et internationaux mis sur pied par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, l’Agence de la santé publique du Canada, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis et l’Organisation mondiale de la Santé. Ces comités servent de tribune pour la diffusion des résultats de recherche aux responsables des politiques et aux décideurs, l’évaluation des programmes de vaccination existants et proposés, et la formulation de recommandations pour la priorisation de ces programmes. Les travaux de recherche du Dr Halperin sont axés sur le diagnostic, le traitement et la prévention de la coqueluche et d’autres maladies évitables par la vaccination.

Photo of Charu Kaushic

Charu Kaushic

Directrice scientifique, Institut des maladies infectieuses et immunitaires des IRSC
Professeure, département de pathologie et de médecine moléculaire, Université McMaster

Biographie complète

Charu Kaushic est directrice scientifique de l’Institut des maladies infectieuses et immunitaires des Instituts de recherche en santé du Canada (IMII des IRSC), poste qu’elle occupe depuis le 1er juillet 2018, ainsi que professeure titulaire permanente au département de pathologie et de médecine moléculaire de l’Université McMaster à Hamilton (Canada). Dans le cadre de ses fonctions à l’IMII des IRSC, elle prend des décisions quant aux investissements stratégiques nationaux et internationaux des IRSC dans les domaines de l’infection et de l’immunité. Elle représente aussi les IRSC et le gouvernement du Canada dans des forums canadiens et étrangers axés sur les maladies infectieuses, ce qui l’a amenée à coprésider le GloPID-R, un consortium mondial de bailleurs de fonds pour la préparation aux pandémies et la recherche visant à répondre rapidement aux urgences. Elle agit également à titre de représentante du Canada auprès du conseil de gestion de la JPIAMR. Détentrice d’un doctorat en immunologie, Charu Kaushic a fait une formation postdoctorale en immunologie mucosale. Depuis sa nomination au sein du corps professoral de l’Université McMaster en 2002, elle a donné des formations exhaustives en immunologie et mis sur pied un programme de recherche interdisciplinaire sur la santé génésique des femmes, comprenant plus précisément de la recherche fondamentale, clinique et translationnelle sur la susceptibilité et la réponse immunitaire aux virus transmis sexuellement (VIH‑1 et VHS‑2). Avant de se joindre aux IRSC, elle dirigeait un programme de recherche financé par les IRSC, la FCI, la CANFAR et l’OHTN. Elle a été récompensée à maintes reprises à l’échelle nationale et internationale. Elle a notamment été titulaire d’une bourse d’études postdoctorales de l’Université Rockefeller, d’une bourse de nouveau chercheur des IRSC, d’une bourse de recherche de l’OHTN, d’une chaire de recherche de l’OHTN et, en 2017, d’une bourse d’excellence en recherche de l’American Journal of Reproductive Immunology.

Photo of James Kellner

James D. Kellner

Consultant en maladies infectieuses pédiatriques
Professeur, départements de pédiatrie, des sciences de la santé communautaire et de microbiologie, d’immunologie et de maladies infectieuses, École de médecine Cumming, Université de Calgary
Alberta Health Services – Région de Calgary

Biographie complète

Le Dr Kellner est un épidémiologiste clinique et un pédiatre surspécialisé en maladies infectieuses pédiatriques. De 2008 à 2018, il était professeur et directeur du département de pédiatrie de l’Université de Calgary et de la région de Calgary d’Alberta Health Services. Il mène des travaux de recherches sur les infections évitables par la vaccination et travaille avec des professionnels en médecine clinique, en santé publique et en sciences fondamentales à l’échelle locale, nationale et internationale. Il s’intéresse particulièrement à Streptococcus pneumoniae (pneumocoque), le pathogène le plus souvent en cause dans diverses infections bactériennes de gravité variable, comme l’otite moyenne, la pneumonie et la méningite. Il a également étudié les méningocoques, l’influenza, le virus du papillome humain, ainsi que la coqueluche et les vaccins. Depuis 2002, il siège au Comité consultatif de l’Alberta sur l’immunisation, qu’il a également présidé pendant 10 ans. Il fait aussi partie du groupe de travail sur le pneumocoque du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) et a déjà été membre du groupe consultatif technique de l’OMS sur le remplacement du sérotype. En 2009-2010, il a participé aux mesures de planification et à la lutte contre la pandémie d’influenza H1N1 à Calgary, après avoir contribué, au début des années 2000, à l’élaboration de plans nationaux et provinciaux contre une éventuelle pandémie d’influenza.

Photo of Susan Kirkland

Susan Kirkland

Professeure, chef et professeure de recherche universitaire, département des sciences de la santé communautaire et de l’épidémiologie, Faculté de médecine, Université Dalhousie / Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse

Biographie complète

Le programme de recherche de Susan Kirkland vise l’examen épidémiologique des issues de santé prévalentes chez les personnes âgées, comme les maladies chroniques, la multimorbidité et la fragilité, et explore les déterminants de la santé sous-jacents, en particulier les interactions entre les déterminants génétiques, psychosociaux et physiques du vieillissement en santé. Mme Kirkland joue un rôle de premier plan dans plusieurs études marquantes de renommée mondiale, dont l’étude longitudinale canadienne sur le vieillissement, qui suit 50 000 Canadiens âgés pendant 20 ans et qui est financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI). Elle dirige également des études sur le vieillissement en santé, le vieillissement et le VIH, le vieillissement et la fonction cognitive, l’accès aux services de santé et les transitions de soins, le vieillissement et les inégalités en santé, les technologies en place pour faciliter le vieillissement et les approches centrées sur la personne visant à faire participer les personnes âgées aux études. Auteure de plus de 170 articles évalués par des pairs, elle a donné plus de 150 présentations à titre d’invitée et plus de 250 présentations dans le cadre de congrès nationaux et internationaux. Plus de 100 subventions de recherche totalisant 95 millions de dollars lui ont été accordées. Susan Kirkland a siégé à divers conseils consultatifs nationaux, dont les conseils consultatifs de l’Institut du vieillissement et de l’Institut de la santé publique et des populations des IRSC, le conseil des gouverneurs du Northwood Group of Companies (une organisation de soins continus à but non lucratif servant les résidents de la Nouvelle-Écosse), et le conseil d’administration d’AGE-WELL (un réseau de centres d’excellence).

Photo of Gary Kobinger

Gary Kobinger

Professeur et directeur du Centre de recherche en infectiologie
Département de microbiologie-infectiologie et d’immunologie, Faculté de médecine, Université Laval

Biographie complète

Gary Kobinger a obtenu son doctorat à l’Université de Montréal en 1998, après quoi il a effectué un stage postdoctoral à l’Université de la Pennsylvanie. En 2005, il a pris les rênes du programme sur les agents pathogènes spéciaux de niveau de biosécurité 4 du Laboratoire national de microbiologie, où il a travaillé pendant 11 ans. Il est aujourd’hui professeur au Centre de recherche en infectiologie de l’Université Laval, professeur agrégé à l’Université du Manitoba et professeur auxiliaire à l’Université de la Pennsylvanie.

Gary Kobinger a été récompensé à maintes reprises, a corédigé plus de 300 articles scientifiques évalués par des pairs et a fait de nombreuses présentations concernant la recherche sur les agents pathogènes aux conséquences graves ainsi que les politiques et recommandations de santé publique.

De 2013 à 2020, des émissions et des chaînes de télévision comme 60 minutes, National Geographic, BBC Horizon, NOVA, France 2, PBS et CBC ont présenté le travail de premier plan réalisé par M. Kobinger et son équipe sur le traitement efficace de la maladie à virus Ebola et le vaccin VSV contre le virus Ebola. Ce dernier fait d’ailleurs maintenant l’objet d’essais cliniques.

Photo of Mel Krajden

Mel Krajden

Directeur médical, laboratoire de santé publique du Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique, professeur de pathologie et de médecine de laboratoire, Université de la Colombie-Britannique

Biographie complète

Mel Krajden, M. D., FRCPC, est directeur médical du laboratoire de santé publique du Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique et chef médical du volet sur l’hépatite du même centre. Il est également professeur de pathologie et de médecine de laboratoire à l’Université de la Colombie-Britannique.

Ses travaux de recherche en laboratoire portent sur l’utilisation de techniques moléculaires pour détecter les virus, évaluer les corrélats entre l’infection et la maladie clinique et assurer le suivi des infections microbiennes aux fins d’études épidémiologiques. Ses intérêts cliniques portent sur l’intégration de la prévention de l’hépatite et des services de soins qui reposent sur l’utilisation de données liées venant de laboratoire et de services administratifs afin de mieux savoir comment mesurer les issues de santé de la population pour guider l’élaboration des politiques.

Le Dr Krajden dirige la BC Hepatitis Tester’s Cohort (BC-HTC), une base de données qui regroupe les renseignements de santé anonymisés d’environ 3,5 millions de Britanno-Colombiens ayant subi un dépistage du VHC, du VIH, du VHB et de la tuberculose. Ces renseignements sont exhaustifs : résultats d’analyses de laboratoire, consultations médicales, hospitalisations, prescriptions, issues des cancers et mortalité. Grâce aux données longitudinales recueillies depuis environ 30 ans, la BC-HTC permet de déterminer les issues de santé de divers groupes, en tenant compte de facteurs de confusion. Elle vise à ce que la population puisse profiter des pratiques fondées sur la valeur en permettant l’application des découvertes dans divers dossiers de santé.

Possédant une grande expertise en essais cliniques, le Dr Kradjen a reçu du financement des IRSC pour des études sur le virus du papillome humain, le VIH, le virus de l’hépatite C et la COVID-19. Cochercheur principal et mentor pour le Réseau canadien sur l’hépatite C (CanHepC), financé par les IRSC, il a publié plus de 286 articles.

Photo of Richard Massé

Richard Massé

Conseiller spécial pour le gouvernement du Québec (santé publique, épidémiologie) – Représentant des provinces et territoires

Biographie complète

Richard Massé a complété sa spécialité en médecine préventive et en santé communautaire (1987) et est aussi fellow du CRMCC. De 1998 à 2003, le Dr Massé est sous-ministre adjoint au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et directeur national de santé publique du Québec. Par la suite, il a été nommé président-directeur général de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ, 2003-2008). De 2007 à 2013, il est membre du Conseil dadministration de lAgence de protection et de promotion de la santé de lOntario. De 2009-14, il est nommé membre, puis président, du Conseil consultatif de l’Institut de recherche en santé publique du Canada. Le Dr Massé a été professeur agrégé de la Faculté de médecine, puis directeur de l’École de santé publique de l’Université de Montréal (2008-11).

Enfin, il a été nommé en 2012 directeur régional de santé publique de Montréal jusqu’en avril 2018. Il travaille actuellement comme médecin-conseil à la DRSP-Mtl en maladies infectieuses et à la RRSSS du Nunavik pour le programme de lutte à la tuberculose. Depuis mars 2020, il est conseiller médical stratégique auprès du MSSS concernant la pandémie de COVID-19.

Photo of Allison McGeer

Allison McGeer

Professeure de médecine de laboratoire, de pathobiologie et de sciences de la santé publique, Université de Toronto

Biographie complète

La Dre Allison McGeer détient un baccalauréat et une maîtrise en biochimie, ainsi qu’un diplôme de médecine de l’Université de Toronto. Elle a fait une spécialisation en médecine interne et en maladies infectieuses, puis un stage en épidémiologie en milieu hospitalier à l’Hôpital Yale New Haven.

En 1989, elle est revenue à l’Hôpital Mount Sinai comme microbiologiste et directrice de la lutte contre les infections. Ses principaux domaines de recherche sont la prévention des infections dans les hôpitaux et les foyers de soins de longue durée, de même que le recours à la surveillance pour améliorer la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies infectieuses. Elle est chercheuse principale pour le Toronto Invasive Bacterial Diseases Network et l’Ontario Group A Streptococcal Study, deux réseaux collaboratifs de surveillance s’intéressant à l’épidémiologie des infections graves contractées dans la collectivité.

La Dre McGeer est professeure aux départements de médecine de laboratoire et de pathologie et des sciences de la santé publique de l’Université de Toronto. Outre son rôle de directrice de la lutte contre les infections à l’Hôpital Mount Sinai, elle est consultante en prévention des infections à l’Hôpital de Scarborough et au Centre Baycrest pour soins gériatriques. Elle siège actuellement au Comité consultatif national de l’immunisation et au sous-comité de la lutte contre les infections du Comité consultatif provincial des maladies infectieuses de l’Ontario, et est membre de plusieurs comités régionaux, provinciaux et nationaux sur les pandémies d’influenza. Experte évaluatrice pour de nombreux organismes de financement de la recherche, dont les Instituts de recherche en santé du Canada et les National Institutes of Health des États-Unis, la Dre McGeer a fait partie du comité de rédaction de plusieurs revues, comme le Canadian Medical Association Journal et Infection Control and Hospital Epidemiology.

Photo of Deborah Money

Deborah Money

Professeure, obstétrique, gynécologie et médecine, Faculté de médecine de l’École de santé publique et de santé des populations, Université de la Colombie-Britannique
Clinicienne-chercheuse, Women’s Health Research Institute

Biographie complète

La Dre Deborah Money est professeure au département d’obstétrique et de gynécologie ainsi que membre associée du département de médecine et de l’École de santé publique et de santé des populations de l’Université de la Colombie-Britannique. Après avoir terminé sa résidence en obstétrique et gynécologie, elle a effectué un stage en maladies infectieuses à l’Université de Washington, devenant ainsi la première personne spécialisée à la fois en obstétrique-gynécologie et en maladies infectieuses au Canada. Cette clinicienne-chercheuse active dans le domaine des maladies infectieuses de l’appareil reproducteur prend part à plusieurs grands projets de recherche multicentriques sur le microbiome maternel et infantile et le VIH chez les femmes. Elle dirige également une étude sur l’innocuité, l’immunogénicité et l’efficacité du vaccin anti-VPH chez les filles et les femmes vivant avec le VIH, et est à la tête de CANCOVID-Preg, un programme de surveillance pancanadien étudiant les issues de la COVID-19 chez les femmes enceintes et leur enfant. Elle a été la toute première directrice administrative du Women’s Health Research Institute (WHRI) et a déjà été présidente de la Infectious Diseases Society of Obstetrics and Gynecology (IDSOG). Elle a publié plus de 200 articles évalués par les pairs et reçu plus de 24 millions de dollars en subventions sur évaluation par les pairs. Outre ses travaux universitaires, la Dre Money agit à titre de vice-doyenne administrative de la Faculté de médecine de l’Université de la Colombie-Britannique.

Photo of Gina Ogilvie

Gina Ogilvie

Professeure, École de santé publique et de santé des populations, Université de la Colombie-Britannique

Biographie complète

Gina Ogilvie, M. D., M. Sc., FCMF et docteure en santé publique, est professeure titulaire d’une chaire de recherche du Canada à l’École de santé publique et de santé des populations de l’Université de la Colombie-Britannique, scientifique chevronnée en santé publique au Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique et directrice associée du Women’s Health Research Institute. Elle a obtenu son diplôme de médecine à l’Université McMaster et effectué une spécialisation en santé des populations et en soins primaires. Elle détient également une maîtrise ès sciences en épidémiologie clinique de l’Université de la Colombie-Britannique et un doctorat en santé publique de l’Université de la Caroline du Nord. Actuellement, la Dre Ogilvie détient, à titre de chercheuse principale, de subventions totalisant plus de 15 millions de dollars et venant notamment des IRSC, des NIH, et de la Fondation Michael Smith pour la recherche en santé. Son expertise sur les plans clinique, de la recherche et des politiques porte surtout sur la santé publique et les aspects cliniques du dépistage et du traitement des infections de l’appareil reproducteur ainsi que sur le dépistage du VPH et le vaccin anti-VPH. Ses contributions ont grandement influencé les politiques de santé publique visant le dépistage, les examens et les traitements au Canada et ailleurs dans le monde. La Dre Oglivie dirige actuellement plusieurs essais cliniques de grande envergure au Canada et à l’étranger, y compris en Ouganda. Elle siège à de nombreux comités consultatifs nationaux et internationaux, notamment pour le Partenariat canadien contre le cancer, l’Agence de la santé publique du Canada, l’Organisation mondiale de la Santé et divers ministères de la Santé étrangers, à qui elle donne des conseils sur les meilleures politiques pour l’examen et le dépistage des ITS et du VIH, ainsi que sur les politiques et les programmes en matière de vaccination contre le VPH et les ITS. La Dre Ogilvie a reçu plusieurs prix, dont le Prix Femmes de mérite du YWCA (2018) et le Prix de l’excellence en santé publique de l’agent de santé publique provincial de la Colombie-Britannique (2015).

Photo of Jutta Preiksaitis

Jutta Preiksaitis

Professeure émérite, division des maladies infectieuses, département de médecine, Université de l’Alberta

Biographie complète

La Dre Jutta Preiksaitis est virologue, médecin spécialisée en maladies infectieuses en transplantation (MIT) et professeure émérite au département de médecine de l’Université de l’Alberta. Après avoir obtenu son diplôme en médecine de l’Université McMaster, elle a suivi des formations en médecine interne et en maladies infectieuses à l’Université de Toronto, à l’Université du Manitoba et à l’Université de l’Alberta, ainsi qu’une formation en MIT à l’Université Stanford. Elle a mis sur pied et dirigé le premier service canadien en MIT dans les hôpitaux affiliés à l’Université de l’Alberta, de même que la première communauté de pratique sur les MIT de l’American Society of Transplantation. Elle a régulièrement pris part à l’élaboration de lignes directrices internationales sur la prévention et la prise en charge des complications infectieuses après une greffe d’organe plein. La Dre Preiksaitis était directrice médicale du Laboratoire provincial de santé publique de l’Alberta de 2000 à 2009, pendant les épidémies de SRAS, du virus du Nil occidental et d’influenza H1N1. Elle a également participé à la modélisation canadienne du fardeau associé au virus de l’hépatite C et aux infections attribuables à des pathogènes émergents contractées lors d’une transfusion. Ses travaux de recherche sont axés sur l’épidémiologie et la pathogenèse des infections transmises par transplantation d’organes ou transfusion sanguine, de même que sur l’amélioration de la qualité en diagnostic virologique clinique. La Dre Preiksaitis a siégé à des comités nationaux sur les normes de sûreté en matière de don de sang, de tissus et d’organes, a participé à la coordination de laboratoires de santé publique, et a rédigé plus de 150 articles évalués par les pairs.

Photo of Caroline Quach-Thanh

Caroline Quach-Thanh

Professeure titulaire, département de microbiologie, infectiologie et immunologie, Université de Montréal, et microbiologiste-infectiologue, CHU Sainte-Justine

Biographie complète

La Dre Caroline Quach-Thanh est professeure au département de microbiologie, infectiologie et immunologie et au département de pédiatrie de l’Université de Montréal. Elle est médecin responsable de la prévention et du contrôle des infections au CHU Sainte-Justine, où elle travaille comme consultante en maladies infectieuses pédiatriques et comme microbiologiste médicale. Elle fait également partie du personnel de l’Unité immunisation et infections nosocomiales de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Cette clinicienne-chercheuse a reçu une bourse salariale du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS, chercheuse-boursière de mérite). Ses travaux de recherche sont axés sur la prévention des infections nosocomiales et des maladies évitables par la vaccination.

La Dre Quach-Thanh est présidente du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) et ancienne présidente de l’Association pour la microbiologie médicale et l’infectiologie Canada (AMMI) [2014 à 2016]. Elle est membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé et de la Society for Hospital Epidemiology of America, et a été nommée l’une des 100 femmes les plus influentes au Canada en 2019 (lauréate dans la catégorie Manulife Science and Technology).

Photo of James Talbot

James Talbot

Professeur auxiliaire, École de santé publique, Université de l’Alberta – Représentant des provinces et territoires

Biographie complète

Le Dr James Talbot détient un baccalauréat (avec mention très honorable) et un doctorat de l’Université de l’Alberta, de même qu’un diplôme de médecine de l’Université de Toronto. Il est membre du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada en microbiologie médicale.

Par le passé, il a été directeur du Laboratoire provincial pour la santé publique d’Edmonton, médecin hygiéniste aux Alberta Health Services pour Edmonton et les environs, médecin hygiéniste en chef du Nunavut, ainsi que médecin hygiéniste adjoint et en chef de l’Alberta.

Le Dr Talbot est actuellement professeur auxiliaire à l’École de santé publique de l’Université de l’Alberta et conseiller expert auprès de Deena Hinshaw, médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, pour tout ce qui se rapporte à la surveillance et au dépistage en laboratoire de la COVID-19.

Ses travaux de recherche et son enseignement sont axés sur l’obtention, par la surveillance et l’épidémiologie, de données permettant d’orienter les mesures à prendre pour prévenir les maladies et les blessures ou en atténuer les conséquences.

Gail Tomblin Murphy

Vice-présidente à la recherche et à l’innovation et infirmière en chef, Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse

Photo of Paul Van Caeseele

Paul Van Caeseele

Directeur médical, Laboratoire provincial Cadham, Santé, Aînés et Vie active Manitoba
Professeur, département de microbiologie et d’infectiologie et département de pédiatrie et de santé infantile, Université du Manitoba
Consultant en maladies infectieuses pédiatriques, Hôpital pour enfants de Winnipeg, Soins communs Manitoba
Spécialiste en santé des voyageurs et en médecine tropicale, clinique de santé-voyage et de médecine tropicale de l’Office régional de la santé de Winnipeg

Biographie complète

Le Dr Paul Van Caeseele a obtenu son diplôme de l’École de médecine de l’Université du Manitoba en 1995, puis a terminé une formation postdoctorale spécialisée en microbiologie médicale en 2000. Il est directeur médical du Laboratoire provincial Cadham, le laboratoire de santé publique du Manitoba, depuis 2000. Auparavant, il a dirigé les laboratoires médicaux de l’Hôpital Percy E. Moore, de l’Hôpital Norway House, du Centre St.Amant et de la clinique Mount Carmel, tous au Manitoba.

Depuis 2001, le Dr Van Caeseele est consultant en maladies infectieuses pédiatriques, ainsi que spécialiste en santé des voyageurs et en médecine tropicale pour l’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW). Il est professeur au département de microbiologie et d’infectiologie de l’Université du Manitoba depuis 2000, et au département de pédiatrie et de santé infantile de la même université depuis 2005. Par le passé, il a dirigé le programme de formation en microbiologie médicale de l’Université du Manitoba et présidé le comité d’examen en microbiologie médicale du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Il siège au conseil d’administration de Services diagnostics Manitoba depuis 2011 et au comité d’examen en microbiologie médicale de l’Institut de spécialisation médicale du Koweït depuis 2017. Il agit également à titre de coprésident provincial du Réseau des laboratoires de santé publique du Canada.