Responsable de la participation autochtone et président du Cercle consultatif autochtone

Photo of Carrie Bourassa

Carrie Bourassa

Présidente du Cercle consultatif autochtone

Responsable de la participation autochtone, Groupe de travail sur l’immunité face à la COVID-19

Directrice scientifique de l’Institut de la santé des Autochtones (ISA) des IRSC Professeure, Département de santé communautaire et d’épidémiologie, Collège de médecine, Université de la Saskatchewan, Saskatoon

Biographie complète

La Dre  Carrie Bourassa est la directrice scientifique de l’Institut de la santé des Autochtones (ISA) des IRSC. Par l’entremise de l’ISA, elle préside à l’avancement d’un programme national de recherche en santé visant à améliorer et à promouvoir la santé des Premières Nations, des Inuits et des Métis du Canada. L’Institut est basé à l’Université de la Saskatchewan à Saskatoon, où la Dre Bourassa occupe un poste de professeure titulaire au Département de santé communautaire et d’épidémiologie du Collège de médecine. 

La Dre  Bourassa a été professeure en santé des Autochtones durant plus de 15 ans au Département de la santé, de l’éducation et du travail social autochtones à l’Université des Premières Nations (UPN) du Canada, à Regina. 

Elle est membre du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en art et en science de la Société royale du Canada; représentante du public au conseil du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada; et membre du conseil d’administration du Conseil de la qualité en santé de la Saskatchewan. Elle a été nommée au Comité consultatif scientifique international pour le HRC de la Nouvelle-Zélande en 2019. Elle est aussi coanimatrice pour le thème de la recherche autochtone du réseau CanCOVID, et elle fait partie d’un groupe de réflexion sur la COVID-19 en Saskatchewan, qui contribue à répondre aux besoins en interventions de recherche rapide en santé autochtone.  

La Dre  Bourassa est métisse et fait partie du Conseil métis Riel de Regina inc. (RMCR, section locale no 34). 

Photo of Jeff Reading

Jeff Reading

Université Simon-Fraser

Biographie complète

Le professeur Jeff Reading (Ph.D.) est le tout premier titulaire de la chaire en santé et bien-être cardiovasculaires de l’Autorité sanitaire des Premières Nations de la Colombie-Britannique, soutenue par la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada et la Banque de Montréal, à la Faculté des sciences de la santé de l’Université Simon Fraser (2016) à Vancouver. Jeff a fondé et dirige actuellement le programme I-HEART (Indigenous Health Education Access Research and Training) du Providence Health Care Heart Centre à l’Hôpital St. Paul. Le Dr Reading est titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en santé publique de l’Université de Toronto (1994). Premier directeur scientifique de l’Institut de la santé des Autochtones des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) (de 2000 à 2008), il a récemment présidé le comité d’évaluation par les pairs en santé autochtone des IRSC (de 2016 à 2018). En 2015, le Dr  Reading est nommé au Baker IDI Heart and Diabetes Institute en Australie (Alice Springs et Melbourne) et, en 2018, il siège au comité d’évaluation par les pairs formé pour le New Zealand Healthier Lives National Science Challenge. Il siège actuellement à titre bénévole au conseil d’administration de Genome British Colombia et au conseil scientifique de l’Institut de recherche en services de santé (IC/ES) basé à l’Hôpital Sunnybrook de Toronto. Ses principaux centres d’intérêt sont la santé cardiovasculaire des Autochtones, la recherche communautaire, la lutte au tabagisme, les services et les politiques de santé, ainsi que la santé publique et des populations.

Membres du Cercle consultatif autochtone

Photo de Evan Adams

Evan Adams

Services aux Autochtones Canada

Biographie complète

Evan Tlesla II Adams, acteur et médecin, est un Salish du littoral de la Première Nation Tla’amin près de Powell River, en Colombie-Britannique (C.-B), Canada. Il joue le rôle de Thomas Builds-The-Fire dans SMOKE SIGNALS de Miramax, écrit par Sherman  Alexie et réalisé par Chris  Eyre. Il gagne un prix Gemini en 2011 pour avoir présenté les Prix nationaux d’excellence décernés aux Autochtones en compagnie d’Adam  Beach. En plus de sa carrière artistique, il obtient un doctorat en médecine de l’Université de Calgary en 2002, avant sa résidence en médecine familiale autochtone à l’Hôpital St. Paul de Vancouver, en C.B. Il est titulaire d’une maîtrise en santé publique (2009) de l’Université Johns Hopkins de Baltimore, dans le Maryland. Il a été le tout premier médecin-conseil autochtone au sein du bureau de l’administrateur provincial de la santé publique de la Colombie-Britannique (2007-2012). Il est administrateur provincial adjoint de la santé publique pour la C.-B de 2012 à 2014, et médecin-chef de la Régie de la santé des Premières Nations de 2014 à 2020. Il participe actuellement à un programme d’échange avec la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits en tant que médecin-chef adjoint sous la direction du Dr  Tom  Wong.

Photo de Gwen Healey Akearok

Gwen Healey Akearok

Centre de recherche en santé Qaujigiartiit

Biographie complète

La Dre Gwen Healey Akearok est née et a grandi à Iqaluit, au Nunavut, et elle y vit encore, en plus d’y travailler et d’y élever sa famille. La Dre  Healey est la co-fondatrice et la directrice générale et scientifique du Centre de recherche en santé Qaujigiartiit (AHRN-NU) à Iqaluit, au Nunavut. Elle détient une maîtrise en épidémiologie et en sciences de la santé communautaire de l’Université de Calgary, ainsi qu’un doctorat en santé publique, qu’elle a obtenu en 2015 à l’Université de Toronto.  

La Dre Healy a cofondé en 2006 le Centre de recherche en santé Qaujigiartiit avec un aîné de la communauté. Le Centre a pour but de faciliter la réalisation de recherches en santé locales, par les Nunavummiut et avec les communautés, dans un environnement sûr, solidaire et respectueux de la culture et de l’éthique, ainsi que de promouvoir les méthodologies et épistémologies inuites de manière à répondre aux problèmes de santé, à créer des milieux sains et à améliorer la santé des Nunavummiut.  

Depuis sa création en 2006, le Centre de recherche en santé Qaujigiartiit a permis d’obtenir plus de 27 millions de dollars sous forme de subventions de recherche et de formation au Nunavut et de s’allier le concours de plus de 1000  Nunavummiut à des projets de recherche et des ateliers de formation tenus au Nunavut, dans un rôle de direction, de partenaire ou de participant. Toutes les données recueillies sont conservées au Nunavut, et une large part des résultats ont été publiés dans des revues avec ou sans comité de lecture. 

La Dre Healy dirige 26 projets de recherche différents au Centre Qaujigiartiit, lesquels servent tous à promouvoir les méthodologies inuites et à répondre aux questions de santé de la communauté. Elle a reçu le prix Jens Peder Hart Hanson pour nouveaux chercheurs en santé circumpolaire (2018) ainsi que la Fulbright Arctic Initiative Award, bourse qui lui a permis de participer, avec une cohorte de boursiers de la région arctique, à un programme d’échange de connaissances et d’avancement de la recherche d’une durée de 18  mois. Avec des collègues à la grandeur de l’Arctique, elle participe à un mouvement nordique grandissant d’élaboration de programmes de recherche sur la santé et le bien-être à la grandeur de la région circumpolaire, axés sur les peuples de l’Arctique. 

Photo de Laura Arbour

Laura Arbour

Université de la Colombie-Britannique

Biographie complète

La Dre Laura Arbour est professeure au Département de génétique médicale de l’Université de la Colombie-Britannique (C.-B.), au Island Medical Program sur l’île de Vancouver. Elle est une clinicienne-chercheuse qui a consacré sa carrière médicale à l’étude des problèmes d’ordre génétique minant la santé de populations autochtones. S’appuyant sur sa formation en pédiatrie ainsi qu’en génétique clinique, elle se penche, dans le cadre du polyvalent Community Genetics Research Program, sur des anomalies monogéniques rares (syndrome du QT long) et sur des affections plus complexes (anomalies congénitales, mortalité infantile, cholangite biliaire primitive). Tous les travaux réalisés dans le cadre de son programme de recherche adhèrent au concept d’ADN « prêté », lequel s’appuie sur les perspectives d’autodétermination dans la recherche en génétique avec des Autochtones. Son travail de longue haleine avec les Premières Nations du nord de la C.-B. sur le syndrome du QT long l’a amené à concevoir un programme multidisciplinaire provincial sur les arythmies héréditaires à l’intention de tous les Brittano-Colombiens (le BC Inherited Arrhythmia Program). Elle est actuellement chef de projet dans le cadre d’une initiative de recherche à grande échelle financée par Génome Canada, Genome BC et les IRSC, intitulée « Génomes silencieux : réduire les disparités en soins de santé et améliorer le rendement des diagnostics chez les enfants autochtones atteints de maladies génétiques », qui vise à offrir aux populations autochtones du pays un accès plus équitable aux diagnostics génétiques et génomiques et aux soins connexes.

Photo de Nadine Caron

Nadine Caron

Université du Nord de la Colombie-Britannique

Biographie complète

La Dre Nadine Caron réside à Prince George, en Colombie-Britannique, où elle fournit des soins d’oncologie chirurgicale aux habitants de régions rurales et éloignées du Canada. Elle est également professeure agrégée au Département de chirurgie de la Faculté de médecine de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), où elle enseigne dans le cadre du Programme médical du Nord. Pendant sa résidence en chirurgie, elle a obtenu une maîtrise en santé publique de l’Université Harvard et a reçu le prix du meilleur étudiant de l’UBC. Elle a aussi été nommée membre associée du corps professoral de l’École de santé publique de Bloomberg, à l’Université Johns Hopkins, où elle enseigne pour le Center for American Indian Health. La Dre Caron appartient au peuple anishnaabe de la Première Nation de Sagamok. Elle travaille pour divers publics et utilisateurs des connaissances, dont des gouvernements, des autorités de la santé provinciales, des organisations médicales nationales, des organismes de financement de la recherche en santé et plusieurs universités, pour réaliser des objectifs établis et communs. En 2014, la Dre Caron a été nommée codirectrice du Centre d’excellence en santé autochtone de l’Université de la Colombie-Britannique, situé dans les locaux de l’École de la santé publique et des populations de la même université.

Photo de André Corriveau

Andre Corriveau

Territoires du Nord-Ouest

Biographie complète

Le Dr André Corriveau est consultant en prestation de services de santé et en santé publique ayant a à son actif une longue carrière dans des rôles de direction dans les régions du Nord. Il a été chef de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux des Territoires du Nord-Ouest d’octobre 1997 à février 2009 et de juin 2012 à août 2018. Il a en outre travaillé aux Services de santé Alberta en tant que médecin-hygiéniste en chef de l’Alberta pendant 3 ans (de 2009 à 2012), médecin de famille et directeur des Services professionnels du Centre de santé Inuulitsivik au Nunavik, Québec (de 1986 à 1994) et médecin-chef régional de la NouvelleÉcosse. Le Dr Corriveau est diplômé de la Faculté de médecine de l’Université McGill. Il est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires de l’Université Laval et d’une bourse en santé publique et médecine préventive du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Il est professeur adjoint à la Faculté de médecine de l’Université de Calgary. Au fil de sa carrière, le Dr Corriveau a également fait partie de divers comités consultatifs, groupes de travail et comités sur les scènes nationale et internationale. Il est actuellement membre du conseil d’administration du Partenariat canadien contre le cancer et le représentant canadien du groupe d’experts en santé humaine dans l’Arctique du Conseil de l’Arctique.   

Photo de Lindsay Crowshoe

Lindsay Crowshoe

Université de Calgary

Biographie complète

Le Dr Lynden (Lindsay) Crowshoe, M.D., professeur agrégé au Département de médecine familiale de l’École de médecine Cumming à l’Université de Calgary, est un médecin de famille et un universitaire de la Première Nation Piikani, pourvu d’une vaste expérience dans la direction de grandes équipes de recherche multidisciplinaires provinciales, nationales et internationales axées sur les maladies chroniques et l’équité sociale dans le contexte des soins de première ligne, de la santé publique et de l’éducation sanitaire.  

Dans son travail clinique et ses activités de recherche et d’enseignement, il s’efforce de relier différentes disciplines, telles que la santé, les soins cliniques, les sciences sociales et les systèmes de connaissances autochtones, en s’assurant que chacune est centrée sur les principes et protocoles éthiques traditionnels. Il offre des services cliniques à la population autochtone urbaine de Calgary à l’Elbow River Healing Lodge, un modèle de soins de première ligne des Services de santé de l’Alberta (AHS), dont il est le concepteur. Il est profondément lié à sa communauté en tant que membre de la société traditionnelle des Mutsaix, et il entretient des relations étroites avec les autorités politiques et sanitaires des Premières Nations de toute l’Alberta. Il possède une expérience de direction à l’échelle provinciale dans les domaines des services, des systèmes et des politiques de soins de première ligne (SPL) aux Autochtones; il contribue à la rétroaction nationale sur les SPL aux Autochtones; et a dirigé des équipes multidisciplinaires de SPL autochtones dans des réserves et des centres urbains. Il a mis sur pied et dirigé des services de SPL novateurs au sein d’AHS pour les populations autochtones en milieu urbain et dans les réserves sur le territoire visé par le Traité no 7. Il a réussi à obtenir de nombreuses subventions des IRSC à titre de chercheur principal désigné, et les résultats de ses travaux sur les SPL ont guidé les politiques, les systèmes et les pratiques au Canada. Par exemple, ses projets Educating for Equity ont transformé les soins de santé et l’éducation sanitaire des Autochtones à l’intérieur d’un cadre élaboré à partir d’un examen critique, et maintenant intégré aux Lignes directrices de pratique clinique de l’Association canadienne du diabète applicables au travail avec les populations autochtones. Il est responsable d’un grand nombre de politiques et de processus novateurs pour recruter et admettre des étudiants autochtones en médecine, qui ont permis de décupler le nombre d’étudiants autochtones admis dans son établissement. Il guide des organisations provinciales et nationales de professionnels de la santé, et ses conseils ont abouti à de nombreuses directives d’orientation pour les écoles de médecine de tout le Canada concernant l’admission et la formation des Autochtones dans le domaine de la santé. Au cours de sa carrière, il a servi de mentor à des centaines d’étudiants en médecine et en recherche, tant autochtones que non autochtones, et a enseigné à des milliers d’étudiants en médecine en salle de classe et dans sa pratique clinique, en axant ses efforts sur le développement de connaissances primordiales sur la santé autochtone. 

Photo de Treena Delormier

Treena Delormier

Université McGill

Biographie complète

Treena Wasonti:io Delormier est Kanien’keháka (Mohawk) du territoire de Kahnawake. Elle est professeure agrégée à l’École de nutrition humaine de l’Université McGill. Elle est directrice associée du Centre d’étude sur la nutrition et l’environnement des peuples autochtones (CENEPA) de McGill et directrice scientifique pour le Projet de prévention du diabète dans les écoles de Kahnawake. Elle est CPD dans le cadre de l’initiative Environnement réseau pour la recherche sur la santé des Autochtones Tahatikonhsontóntie’ du Québec. Sa recherche se concentre sur l’alimentation, la nutrition et les peuples autochtones. La Dre Delormier participe à des interventions en promotion de la santé visant à cerner les déterminants sociaux de la santé sous-jacents aux iniquités en santé vécues par les populations autochtones, particulièrement dans le contexte historique du colonialisme. Elle se voue au développement des capacités de recherche en santé autochtone par le mentorat et la formation d’étudiants et de chercheurs communautaires autochtones.

Photo de Brenda Elias

Brenda Elias

Université du Manitoba

Biographie complète

La Dre Elias est professeure au Département des sciences de la santé communautaire de l’Université du Manitoba, Rady College of Medicine. Ses champs de spécialisation touchent la santé autochtone, la santé publique, les déterminants sociaux, l’épigénétique sociale, la santé mentale et les conditions neurodéveloppementales, le cancer et les info-structures de la santé. La Dre Elias a lancé et dirigé de nombreux concours de subventions nationaux dignes de mention ayant pour objectif de cerner, grâce à l’établissement de liens inédits sur le plan des données et à des études biologiques sociales, la santé et le bien-être des communautés autochtones. Elle est membre de longue date de l’International Group for Indigenous Health Measurement et membre fondatrice du Canadian Indigenous Research Network Against Cancer. Elle est actuellement chercheure principale désignée pour « Translating to the Community: A social epigenetic biobank of FASD », une étude financée par les IRSC, et « Looking after each other: A dignity promotion project on FASD », une étude financée par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Kimberly Fairman

Kimberly Fairman

Institut de recherche en santé circumpolaire

Biographie complète

Kimberly Fairman est directrice générale de l’Institut de recherche en santé circumpolaire. Elle dirige, pour cet institut, une stratégie qui vise à mobiliser les communautés et à se doter d’une capacité nordique en matière de recherche en santé. L’Institut est situé à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest. Mme Fairman s’est employée à mettre en valeur la précieuse contribution des détenteurs de connaissances autochtones, des communautés du Nord et des praticiens à la recherche moderne. Elle est la candidate principale désignée pour la subvention Environnement réseau pour la recherche sur la santé des Autochtones (ERRSA) des Territoires du Nord-Ouest des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). 

Mme Fairman a travaillé plus de 20 ans dans la fonction publique fédérale et territoriale et a assumé des responsabilités de haut niveau dans les trois territoires du Nord. Elle a suivi une formation d’infirmière au Collège Aurora et elle fait actuellement une maîtrise en santé publique à l’Université de l’Alberta. 

Siégeant au conseil d’administration de la Société canadienne pour la santé circumpolaire, elle a récemment obtenu la bourse Harkness en politiques et pratiques de la santé du Fonds du Commonwealth; elle est aussi la représentante du gouvernement du Canada auprès de l’Office des terres et des eaux de la vallée du Mackenzie. 

Mme Fairman est Nunavummiut, et sa communauté d’origine est Taloyoak, au Nunavut. 

Photo de Jocelyn Formsma

Jocelyn Formsma

Association nationale des centres d’amitié

Biographie complète

Jocelyn Formsma est la directrice générale de l’Association nationale des centres d’amitié (ANCA). Elle est membre de la Moose Cree First Nation du Nord de l’Ontario. Elle détient un baccalauréat spécialisé en sciences sociales et un doctorat en droit de l’Université d’Ottawa. Mme Formsma compte plus de 15 années d’expérience professionnelle et bénévole au cours desquelles elle s’est employée à tisser des liens solides et à militer en faveur des intérêts des peuples autochtones. Elle est inscrite au Barreau de l’Ontario et a travaillé comme avocate pour un cabinet d’avocats appartenant à des membres des Premières Nations. Elle a préalablement travaillé pour de nombreuses organisations autochtones nationales et des Premières Nations. Mme Formsma est de surcroît présidente du Réseau de télévision des peuples autochtones, membre du conseil d’administration de la National Indian Child Welfare Association, fondatrice du Morningstar Fund et conseillère du Ontario Indigenous Youth Partnership Project. En tant que directrice générale, Mme Formsma met à profit sa formation juridique et sa passion pour l’accès à la justice dans son travail avec les Autochtones en milieu urbain, ainsi que le mouvement des centres d’amitié, en militant en faveur d’un changement systémique innovant, positif et efficace pour les peuples autochtones.

Photo de Margo Greenwood

Margo Greenwood

Centre de collaboration nationale en santé autochtone

Biographie complète

La Dre Margo Greenwood, leader académique du Centre de collaboration nationale en santé autochtone, est une universitaire autochtone de descendance crie cumulant de nombreuses années d’expérience dans le domaine de la santé et du bien-être des enfants, des familles et des communautés autochtones. Elle est aussi vice-présidente du service de santé des Autochtones de l’Autorité sanitaire du Nord en Colombie-Britannique, ainsi que professeure dans les programmes d’éducation et d’études des Premières Nations à l’Université du Nord de la Colombie-Britannique. Même si ses travaux universitaires recoupent plusieurs disciplines et secteurs, la Dre Greenwood est particulièrement reconnue pour ses travaux liés aux soins et à l’éducation des jeunes enfants autochtones et à la santé publique. Elle a réalisé des projets avec l’UNICEF, les Nations Unies, le Conseil canadien des déterminants sociaux de la santé, le Réseau pancanadien de santé publique et les Instituts de recherche en santé du Canada, plus particulièrement avec l’Institut de la santé publique et des populations. La Dre Greenwood a reçu la Médaille du jubilé de la Reine en 2002 en reconnaissance de ses efforts inlassables visant à promouvoir la sensibilisation et l’action politique en faveur des droits et du bien-être des enfants et des jeunes autochtones et non autochtones, ainsi que de leur famille. En 2010, la Confederation of University Faculty Associations de la Colombie-Britannique lui a attribué le titre d’universitaire de l’année; en 2011, la chercheuse a remporté le Prix national d’excellence décerné aux Autochtones dans le domaine de l’éducation.

Photo de Peter Hutchinson

Peter Hutchinson

Université de la Colombie-Britannique

Biographie complète

Peter Hutchinson, Ph.D. M.A., BHK, Université de la Colombie-Britannique (UBC), est un éducateur, un chercheur et un travailleur Nehiyawak-Métis en santé publique et des populations autochtones. Il travaille avec des populations autochtones du monde entier en veillant à ce que les connaissances autochtones éclairent les services, les programmes, la recherche et l’éducation sur la santé publique et celle des populations autochtones. Il s’est employé, plus récemment, à accroître les connaissances autochtones au sein du système canadien de soins contre le cancer. Il travaille aussi avec des Autochtones sur divers dossiers, notamment la surveillance des maladies chroniques, le VIH/sida, le tabagisme et les activités culturelles, dans le cadre d’activités de promotion de la santé. Il travaille également en tant que chercheur et professeur d’université à UBC, où il s’intéresse principalement aux méthodes d’enquête autochtones, à la sécurité culturelle et à l’intégration de la culture et des connaissances autochtones au sein des systèmes de santé. Le Dr Hutchinson vit dans les montagnes de Kootenay Boundary, aux confins des territoires des Ktunaxa et des Sylix. Il éprouve de la reconnaissance envers sa famille, ses enseignants et ses hôtes autochtones qui lui ont légué d’innombrables leçons et offert un endroit merveilleux pour élever sa petite famille. Il a travaillé avec les communautés autochtones locales dans un rôle de soutien en tant que président du conseil d’administration d’un organisme offrant des services aux enfants et aux familles métis; il a aussi travaillé avec des jeunes autochtones à risque dans le quartier Downtown East Side de Vancouver. 

Photo de Margaret Kisikaw Piyesis

Margaret Kisikaw Piyesis

All Nations Hope Network/Réseau canadien autochtone du sida

Biographie complète

Margaret Kisikaw Piyesis est issue des clans de l’Orignal et de l’Ours de la Première Nation crie et elle possède des liens familiaux avec la Première Nation George Gordon du territoire visé par le Traité no 4 de ce qui représente aujourd’hui la Saskatchewan. Élevée par des survivants de pensionnats qui ont emmené leur famille aux États-Unis dans le but de mettre fin à un cycle familial d’abus, Mme Kisikaw Piyesis a passé une grande partie de sa jeunesse loin de ses terres ancestrales, de ses grands-parents et de sa famille élargie. 

Aujourd’hui, Mme Kisikaw Piyesis assume pleinement son caractère autochtone, elle est reconnaissante au Créateur des enseignants, des guérisseurs, des leçons et des bénédictions qui ont parsemé son cheminement, et elle s’incline devant le caractère magique que représente le Grand Mystère. Elle sait qui elle est : elle est une gardienne du calumet une fille, une sœur, une mère, une tante, une kokum et une cousine, ainsi qu’une sage-femme. 

Dans le monde colonisé, elle est la directrice générale du All Nations Hope Network et compte plus de 20 années consacrées à la gestion des effets du VIH, du VHC et de la colonisation sur les communautés autochtones de la Saskatchewan, en faisant appel à la culture, aux cérémonies, à l’humour et au savoir-faire autochtone. 

Photo de Katherine Minich

Katherine Minich

Université Carleton

Biographie complète

La Dre Minich s’intéresse aux pratiques d’autodétermination des Autochtones dans la communauté, en particulier chez les Inuits du Nunavut. Elle étudie notamment l’espace politique dans les économies politiques monétaires et non monétaires et les processus politiques dans les organisations communautaires, autonomes et citoyennes. 

Des moments clés ont suscité l’intérêt de la Dre Minich pour l’étude des processus politiques en milieu universitaire. D’abord, dans son travail d’assistante de recherche suivant ses études de premier cycle, elle a pu observer les cycles d’administration de la recherche et a participé à des discussions sur la santé autochtone. Ensuite, pendant sa maîtrise en sciences de la santé à l’Université de Toronto, en constatant que la volonté politique était toujours un atout pour le bien-être des Autochtones, elle a décidé d’étudier les processus sous-jacents de cette influence dans son doctorat. Les processus politiques sont à la base de son apprentissage, de sa recherche et de ses rédactions; elle s’intéresse particulièrement aux points de jonction de la politique publique canadienne et de la gouvernance inuite, aux politiques environnementales et sociales circumpolaires, ainsi qu’aux eaux douces et aux eaux usées du Nunavut dans la conception des communautés. 

Photo de Roberta Price

Elder Roberta Price

Nation Snuneymuxw des Salish du littoral (SNA-NEIGH-MUH) et Nation Cowichan

Biographie complète

Roberta Price est mère de quatre enfants et grand-mère de neuf petits-enfants adorés.  Elle a travaillé pendant 33 ans pour les districts scolaires de Richmond, du Delta et de Burnaby, où elle anime des cercles d’enseignement culturel à titre d’aînée dans des écoles de la vallée du Bas-Fraser. On fait souvent appel à ses services pour soutenir les apprenants adultes au Learning Exchange de l’Université de la Colombie-Britannique, dans le quartier Downtown Eastside de Vancouver. 

Mme Price est membre fondatrice du conseil d’administration du Centre de santé Kílala Lelum, où elle offre des services liés aux traditions, à la culture et aux cérémonies à des familles du quartier Downtown Eastside de Vancouver, et sert de mentor aux membres d’une équipe de soins de première ligne pour les guider dans la prestation de soins culturellement sécurisants et exempts d’attitude colonialiste. Elle travaille aussi pour le Programme de bien-être des Autochtones à Vancouver Coastal Health où, à titre d’aînée en résidence, elle collabore au Programme d’orientation des patients autochtones pour assister ceux-ci dans plusieurs hôpitaux et centres de soins de Vancouver Coastal Health. Elle fournit également des services liés aux traditions et à la guérison dans le cadre du Programme d’aîné invité au BC Women’s and Children’s Hospital et à l’Hôpital St. Paul. 

Mme Price travaille pendant plus de dix ans pour l’École de sciences infirmières de l’UBC comme aînée et conseillère-partenaire en recherche, apportant un leadership autochtone et un soutien aux projets de recherche sur la violence conjugale envers les femmes, la santé mentale et l’équité. Elle est actuellement cochercheuse principale d’une vaste étude financée par les IRSC visant à améliorer les soins aux Autochtones dans les services d’urgences. À titre d’aînée, elle collabore au programme CRiHHI (Critical Research in Health and Health Care Inequities) de l’École de sciences infirmières de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), et siège aussi à titre d’aînée au Conseil autochtone national sur le diabète. Elle a à cœur de mettre ses conseils et son leadership à contribution dans plusieurs projets de recherche communautaires, fondés sur les principes d’équité et culturellement sécurisants, et elle travaille actuellement comme professeure clinicienne auxiliaire au Département de médecine familiale de l’UBC.  

Photo de Chaneesa Ryan

Chaneesa Ryan

Association des femmes autochtones du Canada

Biographie complète

Chaneesa Ryan occupe le poste de directrice de la Santé à l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC). Elle détient un double baccalauréat spécialisé en études sur la santé et en gérontologie, avec une mineure en études autochtones, ainsi qu’une maîtrise ès arts en santé et vieillissement de l’Université McMaster. Mme Ryan collabore avec des communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis sous chacun de ces angles. Son travail auprès de ces populations se concentre sur l’égalité des sexes, les infections transmissibles sexuellement et par le sang, la réduction des méfaits, le cancer, la santé génésique, le vieillissement, la démence et les soins tenant compte des traumatismes. En tant qu’alliée non autochtone, Mme Ryan s’en remet aux directives des communautés autochtones et reconnaît l’importance de prioriser les connaissances autochtones et de recourir aux méthodologies de décolonisation. Elle se passionne pour l’équité en santé et le féminisme intersectionnel.

Photo de Janet Smylie

Janet Smylie

Hôpital St. Michael, Université de Toronto

Biographie complète

La Dre Smylie est directrice du Well Living House, un centre de recherche-action qui se voue à la santé et au bien-être des nourrissons, des enfants et des familles autochtones, titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur l’amélioration des services de santé génératifs pour les Autochtones du Canada, et professeure à l’École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto. Ses travaux de recherche portent principalement sur la prise en charge des iniquités en matière de santé autochtone, en partenariat avec les communautés autochtones. Elle tente particulièrement de faire en sorte que les politiques et les mesures de planification en santé tiennent compte de l’ensemble des Premières Nations, des Inuits et des Métis, quel que soit l’endroit où vivent ceux-ci, de la façon qui leur semble fondée, d’intervenir à l’égard du racisme à l’endroit des Autochtones dans les services de santé, et de faire progresser les innovations d’origine communautaire dans les services de santé destinés aux populations autochtones. Elle exerce par ailleurs à temps partiel à Seventh Generation Midwives Toronto et elle pratique et enseigne la médecine familiale auprès d’un ensemble de communautés autochtones, tant en milieu rural qu’urbain. D’origine métisse, la Dre Smylie exprime sa gratitude pour sa famille, ses enseignants initiés aux valeurs traditionnelles et son pavillon cérémoniel.

Photo de Eduardo Vides

Eduardo Vides

Ralliement national des Métis

Biographie complète

Eduardo Vides est conseiller principal en politiques de santé au Ralliement national des Métis. Il a travaillé à différents titres avec et pour diverses organisations métisses au cours des quinze dernières années, traitant de questions touchant les Métis telles que la gouvernance en santé, les déterminants sociaux de la santé ainsi que la recherche, les politiques et la surveillance en santé. Il a épaulé des chefs Métis dans leur travail dans le secteur de la santé. Il a aussi fait partie de plusieurs comités consultatifs et groupes de travail représentant le Bureau national des Métis. Le Dr Vides est aussi consultant en santé international ayant travaillé pour divers organismes latino-américains, dont des organisations de santé panaméricaines (OMS, OPS), des gouvernements, le milieu universitaire et des communautés autochtones, et en collaboration avec eux. 

Le Dr Vides détient un diplôme de médecin international. Il a obtenu un diplôme de médecine de l’Université Autonoma de Guadalajara (México), une maîtrise en santé publique de l’University of London (R.-U.), ainsi qu’une maîtrise en gestion des services de santé de l’Université EAN (Colombie).  

Photo de Jennifer Walker

Jennifer Walker

Université Laurentienne

Biographie complète

Haudenosaunee membre des Six Nations de Grand River, Jennifer Walker détient un doctorat en services de santé communautaire (épidémiologie). Le travail de la Dre Walker porte en très large partie sur la recherche auprès des communautés autochtones, et s’appuie sur d’importantes bases de données sur les services de santé. Son programme de recherche est soutenu par une Chaire de recherche du Canada en santé des Autochtones à l’Université Laurentienne et par son travail en tant que scientifique principale à l’Institut de recherche en services de santé (IRSS). La principale charge de travail universitaire de la Dre Walker relève de l’Université Laurentienne, à l’École de santé dans les milieux ruraux et du Nord. Elle est également professeure auxiliaire à l’École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto. 

Dans sa recherche, la Dre Walker travaille avec des communautés et des organisations autochtones afin d’utiliser les données pour le bien des personnes et des communautés, en particulier des personnes âgées autochtones et des personnes vivant avec une maladie chronique. Une partie importante de ses récentes collaborations est axée sur les priorités communautaires en matière de données sur la santé liées à la COVID-19, notamment les modèles épidémiologiques et les rapports de tests hebdomadaires de la COVID-19 dans les communautés, afin de faciliter la planification de l’intervention autochtone contre la pandémie. 

MARILEE A. NOWGESIC

Canadian Indigenous Nurses Association (CINA)

Biographie complète

Originaire de la Première nation de Fort William, près de Thunder Bay (Ontario), Marilee est issue des nations Ojibway et membre du clan Eagle. Marilee a reçu ses enseignements traditionnels des aînés reconnus des Premières nations de sa communauté d’origine. Elle a fait des études post-secondaires à l’université Lakehead et à l’université Carleton, où elle a obtenu des diplômes en sociologie. En outre, elle a étudié la musique au Conservatoire royal de musique et a obtenu des diplômes de violon, de guitare et de théorie musicale. Elle est actuellement directrice générale de la Canadian Indigenous Nurses Association (CINA).

Au cours des 25 dernières années, Mme Nowgesic a travaillé avec de nombreux clients issus de diverses plateformes des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux et de nombreux organismes autochtones, non gouvernementaux et du secteur privé. Elle a principalement développé des stratégies de communication, des programmes communautaires, des campagnes de marketing social et des lignes directrices pour l’élaboration de politiques destinées aux communautés autochtones du Canada. En mettant l’accent sur la gouvernance autochtone, elle reste engagée dans le développement des capacités et des environnements de formation nécessaires pour que les communautés autochtones puissent prendre des décisions éclairées et s’engager dans leur autonomisation. À l’heure actuelle, Mme Nowgesic développe des ressources et des outils culturellement sécuritaires afin de présenter les appels à l’action des commissions de vérité et de réconciliation (94) à un forum destiné à des publics autochtones et non autochtones.

Agente de liaison administrative

Photo de Briana Bowes

Briana Bowes

Agente de liaison administrative à l’Institut de la santé des Autochtones (ISA) des IRSC, Université de la Saskatchewan, Saskatoon

Biographie complète

Briana Bowes s’est jointe à l’ISA en février en tant qu’agente de liaison administrative. Elle est née et a grandi au Nouveau-Brunswick, mais vit à Saskatoon, en Saskatchewan, depuis janvier 2020. En 2013, elle a obtenu un baccalauréat ès arts en français de l’Université St. Thomas. Mme Bowes a travaillé dans divers ministères du gouvernement fédéral. En dehors de son travail, elle aime passer du temps avec sa famille et ses amis et adore voyager. C’est avec enthousiasme qu’elle travaille pour l’ISA à l’Université de la Saskatchewan et qu’elle y accroît ses connaissances tout en contribuant à la réalisation de recherches sur la santé des Autochtones.