Par Marija Djekic-Ivankovic

D’après un récent article du New England Journal of Medicine, plus de 15 millions de cas de COVID longue sont à prévoir seulement aux États-Unis. Cela dit, il n’existe pas de définition claire de cette affection ni de tests diagnostiques ou biomarqueurs acceptés. La COVID longue est décrite comme un syndrome chronique découlant de l’infection par le SRAS-CoV-2, associé à une série de symptômes qui peuvent durer des semaines ou des mois, sans qu’on en connaisse la physiopathologie, l’évolution dans le temps, le traitement ou le taux de guérison. Toute personne infectée semble être vulnérable à la COVID longue, mais les femmes et les personnes dans la quarantaine semblent les plus touchées.

Le système de santé, la société et les patients devront sûrement se lancer dans une entreprise vaste et complexe pour s’attaquer à la COVID longue avec efficacité. Les auteurs proposent une stratégie coordonnée pour parvenir à des politiques et des interventions sanitaires nationales, qui devraient reposer sur cinq grands piliers :

  1. La prévention primaire grâce à des campagnes d’éducation sur les vaccins
  2. La poursuite des recherches sur la COVID longue pour en déterminer la physiopathologie et établir une terminologie standardisée
  3. La mise en application des pratiques exemplaires et des leçons utiles tirées d’autres syndromes postinfectieux
  4. La réponse globale de cliniques multispécialisées aux besoins cliniques complexes des patients atteints de la COVID longue
  5. Des soins de soutien efficaces donnés par les dispensateurs de soins aux patients atteints de la COVID longue

Les auteurs sont d’avis qu’ensemble, ces cinq efforts unifiés pourraient contribuer grandement à atténuer les répercussions croissantes de la COVID longue.

 

Phillips S, Williams MA. Confronting Our Next National Health Disaster — Long-Haul Covid. N Engl J Med, 2021. doi : 10.1056/NEJMp2109285