par Mercedes Yanes Lane

Le 20 septembre 2021, Pfizer-BioNtech a annoncé les résultats préliminaires de son étude de phase II et II auprès d’enfants de cinq à 11 ans qui avaient reçu deux doses du vaccin1. En s’appuyant sur cette information, les agences de réglementation peuvent maintenant évaluer l’innocuité et l’efficacité des vaccins afin d’approuver la plus faible dose de ce vaccin chez les enfants. Cependant, les stratégies non vaccinales doivent être maintenues pour que toutes les écoles fonctionnent dans un environnement sécuritaire. Quelle stratégie non vaccinale retenir? Une étude britannique a proposé une trajectoire pour limiter les perturbations dans les écoles au moyen d’une stratégie de dépistage2.

Le maintien d’un milieu scolaire sécuritaire pendant la rentrée scolaire est l’une des principales préoccupations du gouvernement tout autant que des familles. Pour ce faire, il faut adopter des stratégies en vue de limiter les cas de COVID-19 dans les écoles.

Au Royaume-Uni, les chercheurs ont évalué deux stratégies de dépistage. Ils ont réalisé une étude randomisée et contrôlée au cours de laquelle ils ont attribué aux écoles l’une de ces deux stratégies lorsque les élèves ou le personnel étaient susceptibles d’avoir été en contact avec un cas de COVID-19 : a) des tests quotidiens sur une période de sept jours et le maintien à l’école ou b) une quarantaine de dix jours. Les contacts pouvaient se soumettre à des tests de contact quotidiens plutôt que de se mettre en quarantaine, pourvu qu’ils respectent les critères suivants : le contact évoluait en milieu scolaire (un membre du personnel ou un élève), ne manifestait pas de symptômes de COVID-19 et était en mesure de se faire dépister à l’école même. Le test antigénique rapide et l’écouvillon nasal étaient les tests utilisés.

Faits saillants

  • Au total, 201 écoles ont participé activement à cette étude, ce qui incluait des écoles secondaires (élèves de 11 à 18 ans) tout autant que postsecondaires.
  • Dans le groupe témoin (celui des contacts qui choisissaient de s’isoler à la maison), 4 463 personnes de 47 écoles étaient réputées avoir été en contact avec un cas de COVID-19, ce qui s’est traduit par 22 466 jours d’école au cours desquels les élèves ou le personnel ont été appelés à s’isoler à la maison.
  • Dans le groupe dépisté (celui des contacts qui choisissaient d’être dépistés tous les jours pendant sept jours), 5 763 personnes de 59 écoles étaient réputées avoir été en contact avec un cas de COVID-19. Ce nombre se serait traduit par 27 973 jours d’école au cours desquels les élèves ou le personnel se seraient mis en quarantaine s’ils n’avaient pas été soumis au dépistage.
  • Les élèves du groupe témoin cumulaient 1,80 % d’absences liées à la COVID-19, par rapport à 1,47 % dans le groupe dépisté.
  • La transmission n’était pas plus élevée dans les écoles qui avaient recours à la stratégie de dépistage.

Cette étude démontre que le dépistage des contacts est une solution efficace pour remplacer l’isolement des contacts scolaires à la maison. Ainsi, cette stratégie pourrait constituer une manière efficace d’accroître la fréquentation scolaire dans les établissements d’enseignement au secondaire.

 

Références:

1.- Pfizer and BioNTech Announce Positive Topline Results From Pivotal Trial of COVID-19 Vaccine in Children 5 to 11 Years. Consulté le 20 septembre 2021, à www.businesswire.com/news/home/20210920005452/en/

2.-Young BC, Eyre DW, Kendrick S, White C, Smith S, Beveridge G, Nonnenmacher T, Ichofu F, Hillier J, Oakley S, Diamond I, Rourke E, Dawe F, Day I, Davies L, Staite P, Lacey A, McCrae J, Jones F, Kelly J, Bankiewicz U, Tunkel S, Ovens R, Chapman D, Bhalla V, Marks P, Hicks N, Fowler T, Hopkins S, Yardley L, Peto TEA. Daily testing for contacts of individuals with SARS-CoV-2 infection and attendance and SARS-CoV-2 transmission in English secondary schools and colleges: an open-label, cluster-randomised trial. Lancet. Le 14 septembre 2021:S0140-6736(21)01908-5. doi : 10.1016/S0140-6736(21)01908-5.