La Pre Kate Zinszer (Université de Montréal) et son équipe de l’étude EnCORE ont publié des résultats provisoires découlant des données d’un questionnaire en ligne rempli par des parents, y compris des mises à jour sur le comportement et la santé affective de leurs enfants et plusieurs de leurs propres inquiétudes. La plupart des parents étaient d’avis que les vaccins contribueraient à bloquer la propagation de la COVID-19 et ont indiqué qu’ils feraient probablement vacciner leur enfant le plus rapidement possible.

 

Faits saillants

  • Au total, 33 % des parents ont déclaré que leur enfant avait éprouvé des problèmes sur le plan des émotions, de la concentration, du comportement ou des relations.
  • La plupart des parents craignent que leur enfant ramène la COVID-19 de l’école et veulent qu’il se fasse vacciner.

 

L’étude portait sur quatre quartiers des 34 municipalités et arrondissements indépendants de l’île de Montréal, soit le Plateau Mont-Royal, Montréal-Nord, l’Ouest-de-l’Île et Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

L’étude a fourni des mises à jour préliminaires sur le comportement et la santé affective des enfants d’après les données colligées dans un questionnaire en ligne rempli par les parents. Selon les résultats de cette étude, 55 % des enfants faisaient moins d’activité physique qu’avant la pandémie. La plupart (81 %) passaient moins de temps avec leurs amis en personne. Plus de la moitié des parents (54 %) ont indiqué que leurs enfants avaient moins de liens sociaux et passaient plus de temps devant des écrans à des fins non scolaires qu’avant la pandémie. Une proportion substantielle des parents (33 %) a précisé que leur enfant éprouvait certaines difficultés sur le plan des émotions, de la concentration, du comportement ou des relations. Devant cette inquiétude croissante, les auteurs ont compilé une liste de services en santé mentale dans leur site Web (www.etudencore.ca), dont certains sont à la disposition des Canadiens de tout le pays.

Environ 51 % des parents craignaient que leur enfant contracte la COVID-19 et 63 %, qu’il la rapporte de l’école. Seulement 33 % des parents croyaient que l’école de leur enfant était en mesure de contrôler la propagation du coronavirus. La majorité (63 %) pensait que le système scolaire leur transmettrait les problèmes potentiels liés à la COVID-19. Même si 59 % des parents faisaient confiance à la capacité de l’école à répondre aux besoins scolaires de leur enfant, seulement 35 % pensaient que celle-ci répondrait à leurs besoins d’activité physique.

La plupart des parents (86 %) ont répondu qu’ils feraient probablement vacciner leur enfant contre la COVID-19. Les parents réticents s’inquiétaient surtout de l’innocuité et des effets secondaires possibles des vaccins et ne croyaient pas au risque que leur enfant soit gravement malade s’il contractait le virus. Les parents susceptibles de faire vacciner leur enfant donnaient les raisons suivantes :

– Je veux contribuer à stopper la propagation de COVID-19.

– Je veux éviter que les autres membres de ma famille contractent la COVID-19.

– Je ne veux pas que mon enfant soit malade à cause de la COVID-19.

Les résultats provisoires complets de leur étude, qui n’a pas encore été révisée par un comité de lecture, figurent ici.

L’équipe de chercheurs souhaite recruter d’autres participants à l’étude, notamment du personnel des écoles et des milieux de garde et des parents. Les personnes intéressées peuvent écrire à info@encorestudy.ca.

Le communiqué de presse sur les résultats de l’étude se trouve ici.