Les professionnels de la santé dentaire courent un risque d’exposition élevé au SRAS-CoV-2 en raison de leur contact étroit avec des patients susceptibles d’être infectés et de l’utilisation d’interventions productrices d’aérosols. Une équipe de chercheurs financée par les IRSC et le GTIC, dirigée par le Pr Sreenath Madathil de l’Université McGill, a récemment présenté ses résultats sur deux affiches lors de la 99e séance générale de l’Association internationale de recherches dentaires (AIRD). Selon les résultats préliminaires, la prévalence de COVID-19 chez les dentistes canadiens était faible pendant la première vague (moins de 1 %).

En mars 2020, les organismes de réglementation dentaire du Canada ont recommandé que les dentistes ferment leurs cabinets aux soins réguliers et ne fournissent que des soins urgents en raison du fort risque d’exposition au SRAS-CoV-2. Au début de mai 2020, les dentistes ont été autorisés à rouvrir leurs cabinets aux soins réguliers, sous réserve de respecter les protocoles cliniques liés au SRAS-COV-2. Le Pr Madathil et ses collègues ont évalué la prévalence de COVID-19 chez les dentistes canadiens pendant la première vague, de même que leur bien-être émotionnel tout au long de la pandémie. Plus de 600 professionnels de la santé dentaire agréés de neuf provinces (Alberta, Colombie-Britannique, Manitoba, Terre-Neuve-et-Labrador, Nouvelle-Écosse, Ontario, Île-du-Prince-Édouard, Québec et Saskatchewan) y ont participé.

Faits saillants

  • D’après l’affiche présentée par MS Khanna, la prévalence d’infection par la COVID-19 était faible (0,85 %) chez les dentistes canadiens entre novembre 2019 et août 2020. Ce résultat était comparable à celui observé chez les dentistes des États-Unis (0,90 %). (Khana 2021)
  • L’affiche présentée par R Seth décrit l’anxiété liée à la COVID-19 chez les dentistes canadiens pendant la pandémie. La plupart des professionnels de la santé dentaire se sentaient bien protégés par l’équipement de protection individuelle, évitaient les contextes d’exposition qui pouvaient représenter un risque élevé (p. ex., utilisation des transports en commun) et autoévaluaient leurs symptômes de COVID-19 chaque jour. (Seth 2021)

D’après les résultats globaux, la faible incidence de COVID-19 chez les dentistes canadiens découlait probablement d’une combinaison de facteurs incluant, entre autres, la fermeture des cabinets, la plus forte sensibilisation aux risques de COVID-19 et les protocoles de contrôle et de prévention des infections utilisés pendant les interventions dentaires.

 

Khana MS, Allison PJ, Siqueira WL, McNally ME, Glogauer M, Quinonez C, Madathil SA. Prevalence of COVID-19 among Canadian Dentists in August 2020. Affiche 1917, présentée à la 99e séance générale du congrès de l’Association internationale de recherches dentaires (AIRD). Du 21 au 24 juillet 2021.

Seth R, Allison PJ, Siqueira WL, McNally ME, Quinonez C, Glogauer M, Madathil SA. COVID-19 Anxiety syndrome among Canadian dentists during the pandemic. Affiche 1918, présentée à la 99e séance générale du congrès de l’Association internationale de recherches dentaires (AIRD). Du 21 au 24 juillet 2021.