Les mécanismes de protection immunitaire contre le SRAS-CoV-2 demeurent nébuleux. Des chercheurs du monde entier tentent de répondre à cette question cruciale. Dans une prépublication qui n’a pas encore été approuvée par un comité de lecture, la Pre Tania Watts de l’Université de Toronto décrypte les caractéristiques et l’étendue des réponses des lymphocytes B et T du système immunitaire après la COVID-19. Elle compare également le profil de ces réponses immunitaires à la COVID-19 de ces sujets à l’immunité à long terme contre une infection respiratoire virale courante : l’influenza A.

 

La présente étude s’est penchée sur la persistance et les caractéristiques des réponses des lymphocytes T chez 24 personnes qui s’étaient rétablies de la COVID-19 grâce à deux prélèvements de sang effectués à deux moments différents sur une période de neuf mois.

Faits saillants

  • Le SRAS-CoV-2 déclenche de puissantes réponses des lymphocytes T et des anticorps chez la plupart des personnes rétablies.
  • Le SRAS-CoV-2 induit des réponses antivirales dont certaines caractéristiques sont différentes de celles observées en cas d’immunité prolongée contre l’influenza A.

 

Les chercheurs ont utilisé les cellules mononucléées de sang périphérique (PBMC) de 24 personnes pour étudier les réponses des lymphocytes T contre le SRAS-CoV-2 et les comparer à celles du virus de l’influenza A (VIA). Toutes répondaient à au moins un antigène du SRAS-CoV-2, mais les réponses des lymphocytes T au SRAS-CoV-2 différaient de celles à l’influenza. Par exemple, le SRAS-CoV-2 induisait un ratio CD8:CD4 et un ratio IFN-γ:lymphocytes T CD4 IL-2 plus faibles que ceux du VIA. Le VIA induisait aussi la production d’un plus grand nombre de lymphocytes T multifonctionnels, généralement liés à une réponse antivirale plus efficace. De même, lorsqu’ils ont évalué la réponse des cytokines, les chercheurs ont décelé un ratio IFN-γ:IL-6 plus faible et une altération du profil des molécules cytotoxiques, comme le granzyme ou la perforine. Lorsque les PBMC étaient stimulées par les peptides du SRAS-CoV-2, susceptibles d’être indicateurs d’une altération du mécanisme antiviral.

Enfin, lorsqu’ils ont analysé les réponses des anticorps, les chercheurs ont découvert que près de 95 % des sujets ont déclenché une réponse des IgG contre la protéine spiculaire du SRAS-CoV-2, mais seulement 79 % et 53 %, respectivement, contre le domaine de liaison du récepteur (RBD) et la nucléocapside. En général, les réponses des anticorps au spicule étaient plus prolongées que celles contre le RBD et la nucléocapside.

Cette étude a comparé les différences entre une nouvelle réponse immunitaire au SRAS-CoV-2 et l’immunité à long terme contre le VIA. Les résultats démontrent des différences perceptibles dans les réponses immunitaires induites contre chaque virus. Cependant, malgré ces différences, les chercheurs ont observé la présence continue d’une activité immunitaire contre le SRAS-CoV-2, laquelle persistait neuf mois après l’apparition des symptômes chez les personnes qui avaient été atteintes de la COVID-19. Ainsi, il sera nécessaire d’assurer une surveillance continue pour mieux comprendre la réponse immunitaire à long terme contre le SRAS-COV-2.

 

Law JC, Girard M, Chao GYC, Ward LA, Isho B, Rathod B, Colwill K, Li Z, Rini JM, Yue FY, Mubareka S, McGeer AJ, Ostrowski MA, Gommerman JL, Gingras AC, Watts TH. Immunity to SARS-CoV-2 persists 9 months post-symptoms with an altered T cell phenotype compared to influenza A virus-specific memory. medrxiv. Le 10 juin 2021. doi: 10.1101/2021.06.08.21258518.