Voici un résumé, rédigé par des membres du Secrétariat du GTIC, du rapport Phase 4b d’Héma-Québec présenté en juin au GTIC au ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Les conclusions ou les résultats contenus dans la recherche ne reflètent pas nécessairement les opinions de tous les membres du GTIC.

La dernière enquête sérologique menée par Héma-Québec estime que 45,3 % des adultes québécois ont développé des anticorps acquis par l’infection par le SRAS-CoV-2 entre décembre 2021 et juin 2022, alors qu’ils étaient 27,3 % à la mi-mars 2022. Les anticorps contre la protéine de la nucléocapside (N) du SRAS-CoV-2, qui indiquent une infection antérieure, étaient les plus élevés chez les jeunes (18-25 ans, à 72,1 %) et les plus faibles chez les personnes âgées (>65 ans, à 30,2 %). Cela suggère que les jeunes demeurent le principal vecteur de transmission du SRAS-CoV-2 dans la province.

Principaux résultats :

  • Le Québec a connu une augmentation de 27,3 % à la mi-mars 2022 à 45,3 % à la fin du mois de juin 2022.
  • Entre décembre 2021 et juin 2022, la séroprévalence était de 72,1 % chez les individus âgés de 18 à 25 ans et de 30,2 % chez les individus âgés de plus de 65 ans.
  • Entre décembre 2021 et juin 2022, la séroprévalence était de 49,1 % chez les individus âgés de 26 à 45 ans et de 46,0 % chez les individus âgés de 46 à 65 ans.
  • La séroprévalence anti-N était similaire chez les hommes (46,5 %) et les femmes (42,8 %) entre décembre 2021 et juin 2022.

Conclusion

En raison du manque de sensibilité de l’approche conventionnelle, qui utilise un seuil de séropositivité permettant de distinguer les individus séropositifs à la protéine anti-N des individus séronégatifs, une nouvelle approche de ratio a été mise au point. Cette nouvelle approche a fourni une estimation plus précise des individus ayant une infection récente en obtenant des échantillons longitudinaux par individu pour déterminer la séropositivité pendant une période donnée. L’approche par ratio a permis d’estimer à 45,3 % la séroprévalence anti-N au Québec entre décembre 2021 et juin 2022.

Ce rapport inclut 558 personnes (qui font toutes partie du projet de biobanque PLASCOV financée par le GTIC) qui ont donné du plasma à trois reprises entre la période en question. La majorité des donneurs étaient de race blanche et la proportion d’hommes (76 %) était supérieure à celle des femmes (24 %). Les donneurs de la grande région de Montréal étaient sous-représentés. En utilisant l’approche du ratio, la séroprévalence anti-N a été déterminée en fonction de la région, de l’âge et du sexe pour les périodes entre décembre 2021 et mars 2022, entre mars 2022 et juin 2022, et entre décembre 2021 et juin 2022 (cumul de ces deux périodes).

Il convient de noter que les donneurs atteints d’une infection active connue par le SRAS-CoV-2 ne sont pas autorisés à donner du sang tant que leur infection et leurs symptômes n’ont pas disparu (au moins 14 jours). Les pourcentages de séropositivité ont été ajustés pour les caractéristiques du test et la distribution de la population.

Explorez notre page Web interactive mise à jour chaque mois, qui présente les dernières données agrégées recueillies par la Société canadienne du sang et Héma-Québec la séroprévalence du SRAS-CoV-2 au Canada.