La Société canadienne du sang et Héma-Québec :
le suivi de la séroprévalence au fil du temps

En partenariat avec la Société canadienne du sang et Héma-Québec, le Groupe de travail sur l’immunité face à la COVID-19 (GTIC) suit la présence d’anticorps dans la population canadienne depuis le printemps 2020. Le GTIC finance les enquêtes mensuelles réalisées par la Société canadienne du sang dans neuf provinces et soutient également Héma-Québec dans la réalisation des analyses requises pour comparer les résultats de ses enquêtes de séroprévalence périodiques (financées par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec) à ceux de la Société canadienne du sang.

Résultats de mars 2022 | 30 % des donneurs de la Société canadienne du sang infectés par le SRAS-CoV-2 à la fin du mois de mars 2022

Conformément à la transmission continue du variant Omicron, la séropositivité liée à l’infection a augmenté progressivement tout au long du mois de mars, passant de 27 % à 30 %. Les données les plus récentes de la Société canadienne du sang soulignent les inégalités persistantes en matière d’infection chez les jeunes adultes, les communautés racisées et les personnes résidant dans des quartiers à faible revenu. Dans leur dernier rapport, ils estiment également que 30 % des donneurs de sang non vaccinés présentaient des signes d’une infection récente par le virus, comparativement à environ 18 % des donneurs vaccinés.

Prévalence de la séropositivité acquise par l’infection au Canada

La carte interactive ci-dessous a été produite par l’équipe de modélisation du GTIC à partir des données de la Société canadienne du sang. Basée sur des données provenant de donneurs de sang, cette carte illustre le pourcentage d’adultes canadiens présentant des anticorps induits par l’infection à la fin du mois de mars (les données du Québec sont jusqu’à la mi-mars).

Remarques sur les données:
La Société canadienne du sang et Héma-Québec utilisent des méthodes de laboratoire différentes pour le dépistage des anticorps anti-spicule et anti-nucléocapside. Les résultats du Québec ne sont donc pas directement comparables à ceux des autres provinces.

La séroprévalence des anticorps anti-SRAS-CoV-2 chez les donneurs de sang canadiens au fil du temps

Canada (à l’exclusion du Québec et des Territoires)

Présence d’anticorps attribuables à…

l’infection ou la vaccination (dosage Roche) la vaccination seulement (dosage Roche)
l’infection (dosage Roche) l’infection (dosage Abbott)

Remarques sur les données :

  • Cliquez ici pour en savoir plus sur les dates auxquelles les échantillons de sang ont été prélevés et sur la sélection des points médians consignés sur le graphique.
  • Les résultats positifs au dosage Roche N donnent une mesure substitutive de l’infection antérieure par le SRAS-CoV-2, les résultats positifs au dosage Roche S, une mesure substitutive de l’immunité humorale attribuable à l’infection ou à la vaccination, et les résultats positifs au dosage Roche S seulement, une mesure substitutive de l’immunité conférée par la vaccination. En effet, les vaccins produisent des anticorps contre la protéine spiculaire (S), réactive au dosage Roche S, mais pas contre la protéine nucléocapsidique (N), réactive au dosage Roche N, alors que l’infection active habituellement des anticorps détectés à la fois par les dosages Roche S et N.
  • Pour en savoir plus, consultez le tableau détaillé.

La séroprévalence par province au fil du temps

Par rapport au mois de février, la séropositivité liée à une infection a augmenté dans toutes les provinces couvertes par la Société canadienne du sang (les données de la SCS excluent le Québec), à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador Les données du Québec représentent des échantillons prélevés jusqu’à la mi-mars 2022, tandis que les données des autres provinces reflètent des échantillons prélevés jusqu’à la fin du mois de mars 2022.

Remarques sur les données:
La Société canadienne du sang et Héma-Québec utilisent des méthodes de laboratoire différentes pour le dépistage des anticorps anti-spicule et anti-nucléocapside. Les résultats du Québec ne sont donc pas directement comparables à ceux des autres provinces.

 

Colombie-Britannique

Alberta

Saskatchewan

Manitoba

Ontario

Nouveau-Brunswick

Nouvelle-Écosse

Île du Prince-Édouard

Terre-Neuve

Présence d’anticorps attribuables à…

l’infection ou la vaccination (dosage Roche) la vaccination seulement (dosage Roche)
l’infection (dosage Roche) l’infection (dosage Abbott)

Québec

Présence d’anticorps attribuables à :

Infection (ELISA avec l’approche par ratio dévelopé par Héma-Québec)

 

Remarques sur les données:
La Société canadienne du sang et Héma-Québec utilisent des méthodes de laboratoire différentes pour le dépistage des anticorps anti-spicule et anti-nucléocapside. Les résultats du Québec ne sont donc pas directement comparables à ceux des autres provinces.

Séropositivité acquise par l’infection au fil du temps au Canada : graphique interactif détaillé

Ce graphique combine les données recueillies par la Société canadienne du sang depuis le début de la pandémie. Il permet de visualiser les taux de séropositivité acquise par l’infection selon la défavorisation matérielle, le groupe racial et l’âge, pour mieux comprendre les caractéristiques des personnes ayant été touchées le plus durement par la COVID-19. De telles données peuvent être utiles aux représentants des autorités et aux décideurs qui doivent déployer des ressources et leur permettre de s’attaquer aux problèmes d’accès aux mesures de santé publique, de diffuser de l’information et d’offrir des services équitables à toute la population canadienne.

Pour filtrer les résultats, cliquez sur les boutons rouges « Défavorisation matérielle », « Groupe racial » et « Âge » au-dessus du graphique. Vous pouvez également faire un double-clic sur la légende pour isoler un tracé.

 

Séroprévalence en fonction de l’âge

Canada (à l’exclusion du Québec et des Territoires)

Bien que le taux de séropositivité acquise par l’infection ait augmenté dans tous les groupes d’âge, les donneurs de sang de la tranche d’âge 17 à 24 ans, qui ont toujours été les plus touchés, ont affiché un taux de séropositivité de 44,3 %, contre 36,3 % en février.

Québec

La proportion de donneurs possédant des anticorps acquis par l’infection diminuait en fonction de l’âge, c’est-à-dire des jeunes adultes aux plus âgés : 40,3 % des donneurs de 18 à 24 ans, 38,1 % de ceux de 25 à 39 ans, 27,9 % de ceux de 40 à 59 ans et 18,7 % de ceux de 60 ans et plus (données amassées à la mi-mars). Les donneurs de 60 ans et plus ont présenté la plus forte augmentation de séropositivité acquise par l’infection au fil du temps dans toutes les catégories d’âge, soit 6,6 fois de plus entre les 2,8 % de janvier et les 18,7 % de la mi-mars.

Remarques sur les données:
La Société canadienne du sang et Héma-Québec utilisent des méthodes de laboratoire différentes pour le dépistage des anticorps anti-spicule et anti-nucléocapside. Les résultats du Québec ne sont donc pas directement comparables à ceux des autres provinces.

La séroprévalence par groupe racial au fil du temps

Comme cela a été le cas tout au long de la pandémie, les donneurs appartenant à un groupe racisé étaient plus susceptibles d’avoir des anticorps acquis par l’infection (38,6 %) que les donneurs s’identifiant comme blancs (26,3 %).

La séroprévalence en fonction de la race, du mois et de la source des anticorps au Canada (à l’exclusion du Québec et des Territoires)

Anticorps anti-SRAS-CoV-2 attribuables à…

l’infection (dosage Roche) la vaccination seulement (dosage Roche)

Remarques sur les données :

  • Sur le diagramme, la hauteur d’un bâton indique la proportion estimative du sous-groupe qui possédait des anticorps anti-SRAS-CoV-2, rajustée en fonction de la sensibilité et de la spécificité du dosage et standardisée en fonction de la population canadienne. Les barres d’erreur reflètent des intervalles de confiance à 95 %.
  • Les anticorps associés seulement à la vaccination sont représentés en rouge (résultat positif aux anticorps IGg anti-S et négatif aux anticorps IgG anti-N).
  • Les anticorps associés à l’infection sont représentés en turquoise (résultat positif aux anticorps IgG anti-N, les anticorps IgG anti-S pouvant être stimulés par la vaccination).
  • La première fois qu’ils donnaient du sang à la Société canadienne du sang, les donneurs étaient appelés à indiquer s’ils étaient d’ascendance arabe, asiatique, autochtone, noire, sud-asiatique, latino-américaine, blanche ou d’une autre nationalité. Dans le diagramme, tous les choix qui ne sont pas « blanche » sont placés dans la catégorie « racisée ».

La séroprévalence en fonction de la situation socioéconomique au fil du temps

Les taux de séropositivité étaient plus élevés chez les donneurs issus de quartiers à faible revenu que chez ceux issus de quartiers à revenu plus élevé1 (36,6 % contre 25,9 %, respectivement). Cela indique un élargissement de l’écart entre les groupes socioéconomiques, puisque le rapport de février indiquait que la séropositivité était de 22,4 % dans les quartiers plus aisés, contre 28,9 % dans les quartiers plus défavorisés.

Au Canada (à l’exclusion du Québec et des Territoires)

1 Tel que mesuré par l’indice de privation matérielle, qui utilise les données du code postal.

Anticorps anti-SRAS-CoV-2 attribuables à…

l’infection (dosage Roche) la vaccination seulement (dosage Roche)

Remarques sur les données :

  • L’indice de défavorisation matérielle est un indicateur de la privation de biens et de services dans une localité donnée. Il est calculé à partir des codes postaux et des données du recensement canadien sur le revenu des ménages, le taux de chômage et la proportion de personnes détenant un diplôme d’études secondaires.
  • Les données sur le Québec recueillies et analysées par Héma-Québec ont fait appel à un test ELISA mis au point par Héma-Québec, et non par Abbott ou par Roche comme dans les enquêtes sérologiques de la Société canadienne du sang. Le test d’Héma-Québec décèle les anticorps causés par l’infection ou la vaccination (c’est-à-dire les anticorps contre le domaine de liaison du récepteur [RBD] du SRAS-CoV-2).
  • Au Québec, la vaccination contre le SRAS-CoV-2 a été entreprise en décembre 2020. Grâce au SI-PMI, le registre de vaccination provincial géré par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, Héma-Québec a obtenu l’état vaccinal de chaque donneur participant à l’enquête, y compris les dates de vaccination et le type de produit vaccinal.
  • Les enquêtes de séroprévalence d’Héma-Québec portaient sur des échantillons obtenus entre le 25 janvier et le 11 mars 2021.

Québec

La proportion de donneurs possédant des anticorps acquis par l’infection diminuait en fonction de l’âge, c’est-à-dire des jeunes adultes aux plus âgés : 40,3 % des donneurs de 18 à 24 ans, 38,1 % de ceux de 25 à 39 ans, 27,9 % de ceux de 40 à 59 ans et 18,7 % de ceux de 60 ans et plus (données amassées à la mi-mars). Les donneurs de 60 ans et plus ont présenté la plus forte augmentation de séropositivité acquise par l’infection au fil du temps dans toutes les catégories d’âge, soit 6,6 fois de plus entre les 2,8 % de janvier et les 18,7 % de la mi-mars.

Remarques sur les données:
La Société canadienne du sang et Héma-Québec utilisent des méthodes de laboratoire différentes pour le dépistage des anticorps anti-spicule et anti-nucléocapside. Les résultats du Québec ne sont donc pas directement comparables à ceux des autres provinces.

Rapports antérieurs

Février 2022
Janvier 2022
Décembre 2021

Résumés antérieurs

Mi-février 2022
Mi-janvier 2022
Décembre 2021
Novembre 2021
Octobre 2021
Septembre 2021
Août 2021
Juillet 2021
Juin 2021
Mai 2021
Janvier 2021
Oct/Nov 2020
Mai/Juin 2020