Population générale

Les codes diagnostiques de la CIM-10 pouvaient détecter la plupart des infections par le SRAS-CoV-2 confirmées en laboratoire chez les patients hospitalisés, mais étaient moins sensibles chez les patients qui obtenaient leur congé

Une étude financée par le GTIC, dont les résultats ont été publiés dans la revue Scientific Reports, visait à évaluer les caractéristiques opérationnelles de la Classification internationale des maladies, dixième révision (CIM-10) lancée par l’Organisation mondiale de la Santé en 2020.

2024-03-27T18:22:14-04:0027 mars 2024|Population générale|

Le dépistage général du SRAS-CoV-2 chez les personnes hospitalisées à cause d’autres affections que la COVID-19 n’était pas utile en 2020

D’après une étude financée par le GTIC publiée dans la revue BMJ Open, le dépistage universel de la COVID-19 chez les adultes hospitalisés pour un autre diagnostic que la COVID-19 au cours des deux vagues de 2020 avait un faible rendement diagnostique, si bien qu’à l’époque, il n’aurait pas été justifiable d’en faire une politique générale.

2024-03-11T16:09:08-04:0011 mars 2024|Population générale|

La séroprévalence acquise par l’infection est demeurée stable, aux alentours de 83 %, chez les donneurs de sang canadiens en décembre, même si elle a légèrement augmenté par rapport à l’été et au début de l’automne

Selon le rapport le plus récent de la Société canadienne du sang financé par le GTIC, la séroprévalence attribuable à l’infection atteignait 82,68 % en décembre 2023, ce qui est semblable aux 82,97 % observés en novembre 2023. Comme dans les rapports précédents, le pourcentage de jeunes donneurs (de 17 à 24 ans) qui possédaient des anticorps acquis par l’infection atteignait 92,01 % au 31 décembre 2023, légèrement moins que les 92,46 % observés à la fin de novembre 2023.

2024-02-26T16:29:24-05:0026 février 2024|Population générale|

Des études sur les plateformes adaptatives s’imposent pour prendre des décisions politiques plus éclairées sur les traitements antiviraux

Un commentaire publié par un chercheur financé par le GTIC dans la Revue de l’Association médicale canadienne expose à quel point les populations visées qui se sont inscrites à une étude sur les antiviraux par voie orale (p. ex., le nirmatrelvir-ritonavir, le molnupiravir) ne sont pas représentatives des patients actuels atteints de la COVID-19.

2024-01-29T16:25:54-05:0029 janvier 2024|Population générale|

Environ 60 % des Manitobains possédaient des anticorps du SRAS-CoV-2 acquis par l’infection à l’hiver 2022

Une étude financée par le GTIC publiée dans la revue BMC Public Health a été réalisée pour obtenir une estimation plus précise du fardeau de l’infection par le SRAS-CoV-2 dans la province du Manitoba, tenant compte de tous les groupes d’âge, du statut vaccinal et de l’atténuation des taux d’anticorps.

2023-12-18T12:07:45-05:0018 Décembre 2023|Population générale|
Aller en haut de la page