Optimisation des tests immunologiques

L’efficacité d’un dosage anti-SRAS-CoV-2 à déceler la COVID-19 atteint près de 90 %

Une étude financée par le GTIC, dirigée par les Drs Brian Grunau, David Goldfarb et Pascal Lavoie de l’Université de la Colombie-Britannique et par Sheila O’Brien et Steven Drews de la Société canadienne du sang, et publiée dans la revue Open Forum Infectious Diseases, a évalué la sensibilité du dosage nucléocapsidique anti-SRAS-CoV-2 de Roche.

La technique d’analyse du génome entier pour accélérer le séquençage du SRAS-CoV-2

Une récente étude financée par le GTIC, qui a été publiée dans le Journal of Applied Laboratory Medicine et réalisée par les Prs Marco Marra et Steven Jones et le Dr Marc Romney (Université de la Colombie-Britannique), démontre une optimisation du processus de séquençage à haut débit du génome entier des échantillons de SRAS-CoV-2.

Des quantités de variant Omicron semblables à celles d’autres variants préoccupants présentes dans les écouvillons nasopharyngés et buccaux

Selon une lettre publiée par la revue Clinical Microbiology and Infection, un écouvillon nasopharyngé ou un rinçage buccal peut déceler le variant Omicron chez les personnes infectées, même si la quantité de virus décelable par écouvillon est dix fois plus élevée que par rinçage buccal.

Les gouttes de sang séché peuvent être un test fiable pour déceler les anticorps du SRAS-CoV-2

Dans une étude maintenant publiée dans Microbiology Spectrum, une équipe de chercheurs de Vancouver, dirigée par la Pre Agatha Jassem du British Columbia Centre for Disease Control (BCCDC) et financée partiellement par le GTIC, a démontré que les tests par gouttes de sang séché (GSS) devraient être considérés comme fiables pour dépister la séropositivité au SRAS-CoV-2 découlant à la fois de l’infection naturelle et de la vaccination.

Une estimation exacte des taux d’exposition à la COVID-19 grâce à une épreuve d’anticorps supplémentaire

Dans une étude publiée par PLoS One, le Pr Michael D. Grant, un chercheur de l’Université Memorial de Terre-Neuve, financé par le GTIC, conclut qu’il faut procéder à une épreuve d’anticorps pour obtenir une numération exacte des cas communautaires confirmés de COVID-19.

Une plateforme canadienne pour étudier la réponse des anticorps à l’infection par le SRAS-CoV-2 et à la vaccination

Dans un article désormais publié dans Clinical and Translational Immunology, un groupe de chercheurs canadiens financé partiellement par le GTIC et dirigé par les Prs Anne-Claude Gingras de l’Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum de Toronto, Marc-André Langlois de l’Université d’Ottawa et Yves Durocher du Conseil national de recherches du Canada, présente la mise au point d’une série de dosages sérologiques à haut débit standardisés pour déceler les anticorps anti-SRAS-CoV-2.

La conception de dosages sérologiques au fort potentiel diagnostic

Dans une prépublication qui n’a pas été révisée par un comité de lecture, le Pr Andrei Drabovich, un chercheur financé par le GTIC, et ses collègues de l’Université de l’Alberta ont conçu et évalué la performance de diagnostics sérologiques utilisés pour mesurer la présence d’anticorps anti-SRAS-CoV-2.

Aller en haut de la page