Optimisation des tests immunologiques

Les gouttes de sang séché peuvent être un test fiable pour déceler les anticorps du SRAS-CoV-2

Dans une étude maintenant publiée dans Microbiology Spectrum, une équipe de chercheurs de Vancouver, dirigée par la Pre Agatha Jassem du British Columbia Centre for Disease Control (BCCDC) et financée partiellement par le GTIC, a démontré que les tests par gouttes de sang séché (GSS) devraient être considérés comme fiables pour dépister la séropositivité au SRAS-CoV-2 découlant à la fois de l’infection naturelle et de la vaccination.

Une estimation exacte des taux d’exposition à la COVID-19 grâce à une épreuve d’anticorps supplémentaire

Dans une étude publiée par PLoS One, le Pr Michael D. Grant, un chercheur de l’Université Memorial de Terre-Neuve, financé par le GTIC, conclut qu’il faut procéder à une épreuve d’anticorps pour obtenir une numération exacte des cas communautaires confirmés de COVID-19.

Une plateforme canadienne pour étudier la réponse des anticorps à l’infection par le SRAS-CoV-2 et à la vaccination

Dans un article désormais publié dans Clinical and Translational Immunology, un groupe de chercheurs canadiens financé partiellement par le GTIC et dirigé par les Prs Anne-Claude Gingras de l’Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum de Toronto, Marc-André Langlois de l’Université d’Ottawa et Yves Durocher du Conseil national de recherches du Canada, présente la mise au point d’une série de dosages sérologiques à haut débit standardisés pour déceler les anticorps anti-SRAS-CoV-2.

La conception de dosages sérologiques au fort potentiel diagnostic

Dans une prépublication qui n’a pas été révisée par un comité de lecture, le Pr Andrei Drabovich, un chercheur financé par le GTIC, et ses collègues de l’Université de l’Alberta ont conçu et évalué la performance de diagnostics sérologiques utilisés pour mesurer la présence d’anticorps anti-SRAS-CoV-2.

Une piqûre au doigt pour dépister les anticorps contre le SRAS-CoV-2

Une équipe de chercheurs de Vancouver, dirigée par la Pre Agatha Jassem du British Columbia Centre for Disease Control (BCCDC) et financée partiellement par le GTIC, a évalué des tests sérologiques du SRAS-CoV-2 à l’aide de deux méthodes : la piqûre au doigt et les gouttes de sang séché (GSS), d’une part, et la ponction veineuse habituelle (prélèvement de sang à l’aiguille), d’autre part.

Des chercheurs de Vancouver mettent au point un test quantitatif de charge virale quantitative du SRAS-CoV-2

Un groupe de chercheurs de l’Université Simon Fraser, du BC Centre for Excellence in HIV/AIDS et du Providence Health Care dirigé par la Pre Zabrina Brumme, une chercheuse financée par le GTIC, a mis au point une méthode pour quantifier le taux de SRAS-CoV-2 dans des échantillons biologiques humains au moyen d’une technique appelée amplification en chaîne par polymérase après transcription inverse numérique par gouttelettes (RT-ddPCR).

Des dosages « fabriqués au Canada » donnent de bonnes mesures de la séroprévalence

Dans une récente prépublication qui n’a pas encore été révisée par un comité de lecture, la Pre Anne-Claude Gingras, de l’Université de Toronto, et le Pr Steven Drews, de la Société canadienne du sang, qui font tous deux partie du Groupe de travail sur les tests immunologiques du GTIC, ont comparé de multiples dosages et conclu que ceux « fabriqués au Canada » fonctionnent bien.

Aller en haut de la page