Science immunitaire

Les personnes âgées demeurent probablement plus vulnérables à la COVID-19, même après la vaccination

Dans une étude financée par le GTIC qui a fait l’objet d’une prépublication et qui est désormais publiée dans le Journal of Infectious Diseases, les Prs Mark Brockman et Zabrina Brumme de l’Université Simon Fraser et le Dr Marc Romney de la Colombie-Britannique ont étudié les réponses immunitaires de plus de 150 adultes de 24 à 98 ans après la vaccination contre la COVID-19.

2022-04-18T10:25:24-04:0014 Décembre 2021|Science immunitaire|

Les personnes âgées demeurent plus vulnérables à la COVID-19, notamment aux infections causées par les variants préoccupants, même après la vaccination

Dans une récente prépublication financée par le GTIC, qui n’a donc pas encore été révisée par un comité de lecture, les Prs Mark Brockman et Zabrina Brumme de l’Université Simon Fraser et le Dr Marc Romney de l’Université de la Colombie-Britannique ont étudié les réponses immunitaires après la vaccination contre la COVID-19 de plus de 150 adultes de 24 à 98 ans.

2022-04-18T10:25:36-04:0014 septembre 2021|Science immunitaire|

Les premiers résultats d’une étude nationale confirment que les niveaux d’anticorps sont plus élevés après avoir reçu deux doses

Les premiers résultats de l’étude sur les anticorps de la COVID-19 intitulée Partenariat canadien pour la santé de demain (CanPath), obtenus après l’analyse de près de 6 000 prélèvements de gouttes de sang séchées recueillis entre le 8 février et le 17 mai 2021, révèlent une forte variabilité dans la quantité d’anticorps produits après une seule dose de vaccin contre la COVID-19. Ces résultats soulignent l'importance d'accélérer l'administration des deuxièmes doses alors que le variant Delta continue de se propager, d'autant plus que la grande majorité des Canadiens n'ont reçu qu'une seule dose de vaccin.

Les personnes rétablies de la COVID-19 peuvent conserver des anticorps contre le SRAS-CoV-2 pendant au moins six mois

Dans un récent article de Viruses, le Pr Ishac Nazy de l’Université McMaster constate que les anticorps contre le spicule et le domaine de liaison du récepteur du SRAS-CoV-2 demeurent au moins six mois dans l’organisme, ce qui confirme les résultats de recherches semblables réalisées par d’autres chercheurs financés par le GTIC.

2022-04-18T10:25:47-04:004 mai 2021|Science immunitaire|
Aller en haut de la page